Travailler chez Worldline et rester en bonne santé

In Nos tracts On
- Updated

Bonjour à toutes et à tous,

C’est la question obsédante qui hante l’équipe CFTC depuis déjà plusieurs années : comment s’assurer que nos réussites commerciales et économiques ne se fassent pas sur le dos de la santé des salariés? Comment être compétitif aujourd’hui dans une économie très agressive tout en préservant l’équilibre psychique et l’intégrité physique de chacun d’entre nous?

Cette interrogation se nourrit évidement de notre connaissance de l’écosystème Worldline, de nos échanges et de plusieurs indices nous faisant craindre que malheureusement santé et succès soient parfois incompatibles. Nous vous proposons aujourd’hui une synthèse de l’enquête Stimulus relative aux risques psychosociaux dans notre entreprise pour appuyer notre analyse.

Depuis plusieurs mois, nous essayons de sensibiliser la Direction sur cet enjeu afin de progresser ensemble et de réussir à trouver des solutions adéquates. Un premier chantier pourrait simplement s’atteler à mieux contrôler notre temps de travail: non pas un outil de « flicage », mais au contraire un outil au service de la santé des salariés qui bien souvent se mettent en danger sans même le savoir.

L’exemple du projet « émeraude[1] » illustre parfaitement cette situation: depuis trop longtemps l’équipe est en surcharge et s’implique bien au-delà du temps de travail hebdomadaire « contractuel ». Plus récemment, quelques semaines avant la livraison du projet en production, un effort supplémentaire fut nécessaire afin que l’atterrissage du projet se fasse en douceur et que le client soit satisfait. Le résultat est alarmant : plusieurs salariés de l’équipe réalisèrent des semaines à plus de 60 heures de travail, enchainant quelques toutes petites nuits et du travail certains weekends.

Nous ne sommes pas en train d’accuser la Direction de forcer les salariés à travailler autant, ils s’investissent en effet régulièrement sans même le faire savoir à leurs managers. Nous faisons simplement le constat que notre organisation du travail, l’intérêt des salariés pour leur projet et leurs envies de bien faire, les amènent parfois à se mettre en danger. Ces situations sont très préoccupantes et elles sont pourtant bien souvent invisibles et inconnues de la Direction. Là est le problème.

Comment s’outiller et s’organiser afin de prévenir ces crises, les détecter et les encadrer le cas échéant afin d’éviter un accident ? Notre approche se veut résolument constructive : écoutons-nous et progressons ensemble.

Malheureusement, la réponse de la Direction est loin d’être à la hauteur de cet enjeu. Nos échanges lors du dernier Comité d’Entreprise révèlent à quel point nous ne parvenons plus à nous comprendre :

Tout d’abord, que dire de la manière avec laquelle la Direction utilise les résultats de l’enquête Stimulus pour tenter de nous convaincre qu’il n’y a pas de problème chez Worldline ? Nous faisons mieux que le Groupe Atos, tout va bien, circulez ! Pourtant l’enquête nous apprend par exemple que 26,4% des salarié-e-s de Seclin[2] présentent un niveau de « stress élevé ». Nous sommes restés pantois, nous vous invitons à vous faire votre propre avis en jetant un œil ci-dessous à la synthèse des résultats de l’enquête.

C’est aussi la manière avec laquelle la Direction balaye d’un revers de main notre préoccupation qui pose problème. En substance elle semble nous dire : « tout est normal, depuis toujours les salariés travaillent sans compter leurs temps, ils sont autonomes et jusqu’à là tout va bien, pourquoi souhaiteriez-vous changer quoi que ce soit ? »

Principalement car nous souhaitons de toutes nos forces éviter une confrontation avec l’accident, le gros celui qui fait bien mal, où l’on se doute bien que la personne ne se relèvera jamais. Notre travail ne doit pas nuire à notre santé, point barre. Baisser les bras sur cet enjeu, ne pas faire le maximum, c’est accepter un face à face où l’on se dira en sourdine « je suis un peu responsable du malheur de cette femme ou de cet homme, j’aurai pu faire quelque chose pour éviter ça ».

Défendre la santé des collaborateurs et des collaboratrices est l’une de nos missions les plus importantes. Nous ne baisserons pas les bras et nous continuerons de proposer des solutions pour améliorer les choses.

Nous viendrons prochainement à votre rencontre pour échanger sur cette question.

N’hésitez pas à nous contacter ou à commenter cette analyse sur notre site web.

Bien à vous

Toute l’équipe CFTC


[1]Le nom du projet a été modifié

[2] Ayant répondu à l’enquête

You may also read!

C’est le moment de … convertir son 13ième mois !

Vous aimeriez avoir plus de congés cette année ? Une envie de prendre un peu l’air après une année très

Read More...

Accord sur le Comité Social et Economique

Bonjour à tous, La négociation relative à la mise en place d’un Comité Social et Economique au sein de l’UES Worldline

Read More...

Sur la réunion de négociation « mutuelle » du 10/09/2019

Cette  deuxième réunion de négociation nous a permis de préciser l’état des lieux de notre régime actuel et de

Read More...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mobile Sliding Menu