RCC – nos propositions pour ceux qui partent

In Négociations, RCC

Retrouver les mesures défendues par la CFTC pour les salariés qui restent dans ce précédent article.

En premier lieu nous cherchons à conserver un maximum d’emploi chez Worldline France, en facilitant la mobilité interne. De nombreux postes sont toujours ouverts à Worldline et n’attendent qu’à être pourvus !

Les mobilités internes

Les mobilités internes doivent être encouragées et ouvertes à tous les salariés intéressés, même à ceux qui auraient besoin d’une reconversion.

Nous demandons :

  • Des formations et un accompagnement pour les mobilités internes à la hauteur de ce qui est prévu pour les mobilités externe​ (avec ou sans reconversion/changement d’emploi)

Les mobilités externes

Les départs, certes volontaires (mais souhaités par l’entreprise) se doivent d’être bien accompagnés.

Pour tous les projets de départ, une indemnité de rupture

L’indemnité de rupture​, c’est la somme versée aux salariés volontaires au départ dans le cadre de la RCC.

Nous demandons :

  • 1 mois de salaire par année d’ancienneté < 5ans
  • 1,5 mois de salaire par année d’ancienneté à partir de 5 ans d’ancienneté
  • une indemnité plafonnée à 200 000€ ​
  • pas de plafond en nombre de mois de salaire

Les projets de création d’entreprise

Afin de promouvoir l’emploi et la création de valeur en France, nous pensons qu’il est important d’inciter les salariés intéressés par une création ou une reprise d’entreprise de se lancer.

Nous demandons :

  • un congé de mobilité jusqu’à 24 mois (avec maintien du salaire à 90% pour les salariés gagnant moins d’1 PMSS (46 368€) et à 75% pour les autres salariés)​
  • l’accompagnement d’un cabinet spécialisé pour l’élaboration, le lancement et la réalisation du projet sur sa durée
  • une formation financée​ (si souhaitée)
  • une prime de 40k€ (hors SCI) ou 20k€ pour les micro-entreprises

La reconversion professionnelle​

Pour permettre aux salariés hésitant à se lancer dans une reconversion professionnelle.

Nous demandons :

  • une formation financée​
  • la possibilité d’un départ différé d’un an maximum (en conservant son emploi à Worldline jusqu’à la date de début de la formation)
  • un congé de mobilité jusqu’à 24 mois (avec maintien du salaire à 90% pour les salariés gagnant moins d’1 PMSS (46 368€) et à 75% pour les autres salariés)​
  • l’accompagnement d’un cabinet en soutien au projet de reconversion sur toute sa durée

Les départs en retraite ou en pré-retraite

Les salariés partant à la retraite auraient de toute manière quitté prochainement l’entreprise. Les inciter au départ dès à présent réduit le turn-over des années à venir.

Nous demandons :

  • une éligibilité de la RCC à tous les départs en retraite (à taux plein ou minoré, tant que la date de départ est annoncée)​
  • le rachat de 6 trimestres de cotisation retraite (au titre du taux et de la durée)​
  • un dispositif de “congé de mobilité sénior” (avec maintien du salaire à 75%) jusqu’au départ en retraite dans la limite de 24 mois​
  • le cumul possible avec une retraite progressive​

La reprise d’un emploi salarié avec formation préalable

Les salariés souhaitant profiter de la rupture conventionnelle afin de se perfectionner ou se spécialiser sur une des facettes de son métier.

Nous demandons :

  • une formation d’adaptation préalable en vue de la reprise d’un emploi salarié​ financée
  • un congé de mobilité allant jusqu’à 12 mois​ (avec maintient du salaire à 90% pour les salariés gagnant moins d’1 PMSS (46 368€) et à 75% pour les autres salariés)​

La reprise d’un emploi salarié immédiat

Un salarié souhaitant bénéficier des conditions de départ volontaire de la RCC pour aller travailler dans une autre entreprise en CDI ne bénéficierait pas d’autres avantages que de l’indemnité de rupture.

Des critères de départage

Dans le cas ou il y aurait plus de salariés intéressés par un départ de l’entreprise que ce qui est souhaité dans l’accord RCC, un arbitrage sera nécessaire.

Nous proposons de nous baser sur les priorités suivantes :

  1. La mobilité interne
  2. Les salariés dont le poste n’est plus présent dans l’organisation
  3. Les départs pour création ou reprise d’entreprise
  4. Les départs vers une reconversion professionnelle
  5. Les départs en retraite ou pré-retraite
  6. Les départs vers un autre CDI

En cas de départage nécessaire sur une même typologie de départ, c’est le départ du salarié avec la plus grande ancienneté qui sera priorisé.

Conclusion

La CFTC tient à préserver au maximum l’emploi en France à Worldline et donc à limiter les départs. Cependant, comme ceux-ci semblent inévitables, il est nécessaire qu’ils soient correctement accompagnés ; mais la priorité doit rester associée aux salariés “restants”, qui vont continuer à faire fonctionner notre entreprise. C’est pourquoi les mesures pour les salariés qui vont devoir s’adapter à la nouvelle organisation, aux nouveau fonctionnement de l’entreprise avec un offshore important et des équipes allégées sont indispensables.

N’hésitez pas à nous faire des retours sur la pertinence (ou non !) de ces idées (ainsi qu’aux autres syndicats !) et à nous remonter les vôtres par commentaire ou à cftc.worldline@gmail.com

Toute l’équipe de négociation CFTC
Camille Cordier, Vincent Danten, Olivier Lorieau, Rodolphe Deparis, Benjamin Piraud, Laure Rolin Le Dieu De Ville, François Morgand, Maxence Royer, Elen Le Par, Bruno Sadiez

You may also read!

Paroles de salarié démissionnaire [32]

Bonjour, Aujourd'hui, des paroles d'un collègue qui appréciait particulièrement... nos articles "paroles de salarié démissionnaire", et qui se retrouve aujourd'hui

Read More...

Intéressement 2023 : explication de la catastrophe

La grande déception Le montant attribué dans le cadre de l'intéressement 2023 (que nous touchons au printemps 2024) est une

Read More...

⁠Est-il temps de songer à partir ?

Une période tumultueuse chez Worldline Chaque époque connait ses modes. Nous avons depuis le Covid et ses confinements été les

Read More...

One commentOn RCC – nos propositions pour ceux qui partent

  • Dans la communication de la direction de lundi dernier, j’ai bien aimé la direction qui se vantait de respecter les minimums légaux.
    Dingue !
    Encore heureux. Mais cela laisse quand le sentiment qu’ils nous font une fleur en respectant la loi. S’ils ne nous prennent pas pour des moins que rien, cela y ressemble beaucoup.
    De toutes façon, ils se foutent de nous sur les montants proposés. C’est très très très bas comparé à des RCC d’entreprises équivalentes.
    Il ne faut pas croire que les collaborateurs vont prendre des risques pour des clopinettes. La direction rêve.

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mobile Sliding Menu