Réunion CSE du 15/10/2020 – Un focus sur les escalades

In CSE Worldline On
- Updated

Bonjour à toutes et à tous,

La dernière réunion plénière du Comité Social et Economique de Worldline s’est tenue le jeudi 15 octobre. Elle a permis à vos élus d’échanger avec la direction sur de nombreux sujets dont plusieurs devraient retenir particulièrement votre attention.

Nous vous proposons une synthèse de nos réflexions et des informations les plus importantes. N’hésitez pas à nous contacter si vous avez la moindre question.

Très bonne lecture !

Sur les « escalades » et le 118 AWL

Le dispositif 100% worldlinien des « escalades », consistant à appeler un salarié en dehors de ses heures de travail, taraude l’équipe CFTC depuis de longues années.

Une pratique illégale

Rappelons tout d’abord que cette pratique est complétement illégale :

  • La très grande majorité de salariés de Worldline devraient normalement suivre un horaire collectif de travail : on commence tous et on arrête tous de travailler à la même heure. Toute heure de travail réalisée en dehors de cet horaire doit être considérée comme une heure supplémentaire. Heure supplémentaire qui doit respecter des modalités strictes de mise en place, bien loin de la légèreté avec laquelle les salariés sont sollicités en dehors de leur temps de travail lors des « escalades ».  
  • Le législateur est encore plus pointilleux sur l’importance de ne pas travailler pendant ses congés : les vacances s’est fait pour se reposer et non pas pour travailler !

Dans les deux cas des sanctions pénales sont prévues par la loi.

Et pourtant cette pratique illégale est disséminée dans l’ensemble de notre organisation. Archaïsme d’un autre temps pendant lequel le fonctionnement « familial » de Worldline rendait possible de telles pratiques : d’un côté l’entreprise était plus reconnaissante du travail et des efforts des salariés (voir le montant des primes d’intéressement , les budgets consacrés à fêter des victoires, etc.), de l’autre les salariés étaient plus solidaires et soucieux de répondre le mieux possible à des difficultés.

Aujourd’hui tout a changé du côté de la direction : on ne fête plus grand-chose, le partage de notre richesse est de moins en moins équitable, notre intéressement ne cesse de baisser, notre organisation et nos contraintes sont de plus en plus pesantes, etc. Et pourtant la direction souhaiterait ne pas toucher aux contreparties que les salariés étaient prêts à céder dans un contexte bien différent.

Ajoutons à ça que notre connaissance du terrain nous permet à présent de bien évaluer le risque important que le dispositif « d’escalade » fait peser sur la santé des salariés. Les sollicitations « sauvages » à toute heure de la nuit et du weekend favorisent  les « pétages de câble ».

Voilà donc le décor de notre problème : « l’escalade » est une pratique illégale et dangereuse.

Une photographie des « escalades » chez Worldline

Dans un premier temps, la direction ne cessait de répéter aux élus qu’il n’était  pas possible d’obtenir d’information relative aux « escalades » : rien, nada, personne ne sait ce qu’il se passe et tout semblait normal pour la direction. Finalement, et après avoir insisté longuement, la direction a réussi à récupérer quelques informations qu’elle a bien voulu partager avec le CSE.

Qu’en est-il des escalades chez Worldline aujourd’hui ? Grosso modo, les chiffres communiqués par la Direction indiquent que pour 12 « équipes » la moyenne annuelle  des escalades tourne autour de 35. Le record est détenu par les équipes Contact qui ont du « escalader » à 115 reprises.

Les 12 « équipes » analysées sont réparties dans l’ensemble des GBL.

Plusieurs remarques :

  1. Tout d’abord nous ne savons pas vraiment comment ces chiffres ont été calculés. Il semblerait qu’ils résultent de l’analyse des tickets ISMP créés lors des escalades initiées par les services d’exploitation. Est-ce que l’ensemble des « escalades » rentrent dans ce cadre-là ? Rien n’est moins sûr, nous devons donc considérer ces chiffres avec prudence.
  2. Ensuite, remarquons que de nombreuses équipes sont absentes, ce qui pourrait laisser croire qu’elles ne sont pas concernées par le dispositif des escalades. Cette hypothèse semble très fragile : qu’en est-il du traitement des incidents très nombreux chez les équipes en charge des véhicules connectés ? Des crises récurrentes touchant à notre solution de suivi des paquet de cigarette ? Des alertes sur nos plateformes de messageries ? etc.
  3. D’autre part, ces chiffres globaux ne nous permettent pas d’apprécier finement les conséquences humaines du dispositif de l’escalade : combien de salariés distincts sont dérangés pendant leurs repos ? Combien de salariés acceptent de jouer le jeu des escalades ? Un salarié peut-il se retrouver seul face à la possibilité de gérer un incident (s’il ne répond pas, personne ne le fera) ? Comment les conséquences négatives des escalades sur la vie privée des salariés sont compensées ? Comment la direction s’assure-t-elle que les repos quotidien (11 heures minimales) et hebdomadaire (35 heures minimales) sont bien respectés ?

Ces différentes remarques ont donné lieu à des échanges houleux. La direction s’obstinait à vouloir nous convaincre que tout était sous contrôle et que le recours « modeste » au dispositif des « escalades » n’introduisait aucun risque sur la santé des salariés.

Sur la qualité des informations ? Sur les nombreuses questions sans réponse ? Les élus devront se contenter d’un long drop qui terminera en touche : « circulez, y a rien à voir ! Vous nous embêtez à parler des pratiques illégales de Worldline ».

Coté CFTC nous rejetterons toujours l’idée que cette pratique illégale est acceptable. Nous devons tous ensemble faire toute la lumière sur ce dispositif avant de penser une réponse légale adéquate pour encadrer les crises et les incidents survenant sur nos plateformes. 

Le sujet n’est donc pas clos. Nous avons besoins de vous tous pour réussir à améliorer les choses. Contactez-nous dès lors que vous êtes concernés par le dispositif des « escalades ».

Sur la covid-19 et les masques en tissu

Petite information pour vous dire que les masques en tissu devraient être distribués prochainement.

Pour tous ceux qui ont des difficultés avec les masques en papier ou qui s’inquiètent de leurs conséquences écologiques, c’est une petite bonne nouvelle toujours bonne à prendre dans ce contexte troublé.

Sur une prime « mode doux »

Rappelez-vous c’était la bonne nouvelle de l’été, la Direction prévoyait de distribuer une prime « mode doux » d’un montant avoisinant 250€ pour nous aider à acquérir un vélo.

Branle-bas de combat, la direction informe le CSE, le CSE réfléchit à s’associer au projet afin de gonfler la prime, ça travaille et ça discute, et puis cela tombe à l’eau. En réalité le projet n’avait jamais eu l’accord de la direction financière, aucun budget n’avait été associé à cette belle idée.

Dommage. Il est possible que le CSE reprenne néanmoins la main sur le sujet. Affaire à suivre.

Avis du CSE sur l’OPA Ingenico

Nous vous invitons à parcourir l’avis du CSE sur l’acquisition d’Ingenico par Worldline dès qu’il sera en ligne. La CFTC n’est pas forcément d’accord avec l’intégralité de son contenu mais vous y trouverez néanmoins plein de choses pertinentes.

Merci au CSE pour ce travail d’analyse.

L’ensemble des points discutés lors de cette plénière sont indiqués dans l’ordre du jour de la réunion. Si vous souhaitez des informations complémentaires, n’hésitez pas à nous contacter.

Bon courage à toutes et à tous pendant cette période difficile, si vous avez la moindre difficulté, nous sommes là pour vous aider.

Bien à vous

Toute l’équipe CFTC

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mobile Sliding Menu