Winter24 is coming – petit guide de préparation

In Actualités sociales

La CFTC vous a relayé l’alerte lancée par l’intersyndicale concernant la menace qui planait sur nos emplois. Puis dans le tract « Gilles, quel est le plan ? », nous avions malheureusement posé les bonnes questions au bon moment, et évoqué un plan social larvé déjà en cours.
Hélas, avec la dégringolade boursière historique du mercredi noir (le 25 octobre 2023), les choses s’accélèrent : nos dirigeants ont annoncé Power24, un plan d’économies massives !

Les craintes se transforment en certitudes. Un vent d’austérité s’abat sur l’entreprise en même temps que l’hiver arrive. Le moral est touché. Vous nous permettrez de renommer ce plan en Winter24, terme bien plus en phase avec le contenu du projet.

Devant cet avenir flou et anxiogène, vous informer est une de nos grandes priorités ; afin que vous puissiez envisager 2024 avec clarté, et vous préparer à vous défendre si nécessaire, aussi bien individuellement que collectivement.

Il faut avoir la référence “Game of Thrones”…

« Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître, et dans ce clair-obscur surgissent les monstres » – Antonio Gramsci

Le plan reste flou, il vise à « réduire les coûts fixes ». Face à des résultats décevants et dans l’espoir d’éviter un gadin boursier, la direction générale était contrainte d’annoncer au marché des objectifs très ambitieux ; mais une nouvelle fois, comme nous l’écrivions dans un tract précédent, elle fixe un but, sans tracer le chemin pour y arriver ; c’est peut-être qu’elle ne sait pas comment y parvenir (le marché ne s’est du reste pas trompé).

250 M€ sont prévus pour financer ce plan d’économies. Sur les 200 millions d’euros d’économies annuelles escomptées, nous savons que 45 M€ doivent venir du volet « Organisation simplicity » (novlangue pour “allègement de la masse salariale”) et 65 M€ du « Sourcing » (novlangue pour la délocalisation de nos emplois et  l’offshorisation d’une partie significative des postes existants).

Mais comment ont été déterminés ces chiffres, qui semblent taillés à la serpe ? Ont-ils été déterminés d’après une réelle connaissance du terrain, ou est-on à nouveau dans une logique top-down du type « la direction détermine un “objectif”, tout le monde doit trouver un moyen pour l’implémenter quoi qu’il en coûte » ?


Manifestement, personne ne sait vraiment s’il y a réellement entre 500 et 1500 postes « non-indispensables » dans l’entreprise. En revanche, nous savons tous que la plupart de nos équipes sont déjà en sous-effectif. Quels pays, quels métiers, quelles tranches d’âge, quelles entités, quels projets seront choisis puis sacrifiés ? Alea jacta est.

Coïncidence ou non, le 21 novembre en CSE européen, les représentants de 6 autres pays nous ont remonté une vague soudaine de licenciements, souvent brutaux (préavis d’une semaine ou un mois). Heureusement la loi française ne permet pas ces licenciements lapidaires.

Manifestement, la juniorisation mise en œuvre depuis 10 ans n’a pas suffisamment réduit la masse salariale (via l’effet de Noria). Désormais, même les postes des juniors sont visés. Pire, on apprend en off que certains projets français, bien que rentables, sont désormais menacés s’ils font baisser la marge moyenne du groupe Worldline… Après des salariés “low performers”, la direction ciblerait donc des projets “non-indispensables”.

Vous êtes nombreux à nous manifester votre inquiétude et la direction en a été signifiée. Nous avons la conviction que sans une véritable gestion et un accompagnement à la hauteur des enjeux humains, beaucoup de salariés vont ressentir de l’amertume et de l’injustice. Nous ne croyons pas que la mystique “main invisible du marché” fera bien les choses dans ce domaine.

« La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent. » (Albert Einstein)

(Phrase citée par un collègue dans un commentaire sur notre site web).

TOP, TEAM, SMART, SMART+… Depuis notre entrée en bourse, nous avons eu droit au même rituel quasi-religieux annonçant chaque année en fanfare le plan de la nouvelle saison, promettant des baisses de coûts opérationnels accompagnées par de mirifiques gains de productivité.

Il semblerait que la litanie de plans d’économies et “d’optimisation” administrés au fil des ans par les consultants du Boston Consulting Group n’ait pas produit les miraculeux effets escomptés. Et bien entendu, si cette foutue marge n’est pas réceptive au traitement de nos bons docteurs du BCG, c’est sans doute que les saignées précédentes qu’ils ont administrées  n’ont pas été suffisantes ! Alors comme dans « Le médecin malgré lui » ce qu’ils nous proposent aujourd’hui c’est… une bonne purge. Et on prend les mêmes et on recommence !

Officiellement donc, aucune remise en cause de notre stratégie.

Pourtant, nous avons produit une série d’articles « Worldline : géant Agile ou d’Argile ? » qui s’attachent depuis des mois à examiner notre stratégie actuelle à la lumière des mutations de nos marchés et à explorer quelques pistes d’amélioration (scientifiquement étayées). Ces articles ne prétendent pas détenir de solutions toutes faites mais suggèrent des pistes de changements indispensables et qui devraient inspirer les dirigeants qui comprennent ce que les dimensions humaines et sociales ont d’essentiel en entreprise. Un ancien top manager ayant quitté Worldline nous a d’ailleurs dit les lire avec intérêt…

« Le vent se lève, il faut tenter de vivre » (Paul Valéry)

Sous l’insoutenable pression aux résultats, avec le sous-effectif qui se généralise, et suite aux nombreuses réorganisations, la plupart des équipes subissent une tension de plus en plus forte. Les nombreux désagréments, petits ou grands que cela génère prennent leur dû sur le mental, et peuvent parfois faire perdre le sens des perspectives. Il nous faut en tant que salariés protéger en priorité notre santé, notre employabilité ; et pour ceux d’entre-nous qui comptent y rester encore quelque temps, notre situation chez Worldline. Alors surtout, ne restez pas seuls avec vos problèmes. Parlez-en à des collègues et prenez le temps d’écouter leurs inquiétudes. Venez aussi échanger avec vos représentants et n’hésitez pas à vous appuyer sur eux en cette période difficile. Favorisez l’entraide !

Protégez-vous… individuellement.

Premier problème typique : de nombreux salariés sont poussés vers la sortie (parfois assez agressivement), dans le but de réduire la masse salariale. Les Ruptures Conventionnelles et les licenciements (pour une insuffisance professionnelle pas toujours réelle…) n’ont jamais été aussi nombreux. Cela commence souvent par une évaluation semestrielle subitement en baisse…

Si vous êtes dans cette situation , contactez  vos représentants du personnel pour qu’ils vous conseillent sur la manière d’organiser votre défense  ou pour mieux négocier si une procédure vous semble souhaitable. Ils ont une certaine expérience en la matière… Ne faites pas aveuglément confiance aux RH qui ont eux aussi des objectifs et des KPIs à “verdir”.

Dans un registre plus préventif, sachez que l’adhésion à certains syndicats (dont la CFTC) permet de bénéficier d’une assistance juridique (valable après 6 mois d’adhésion). Si vous êtes en accord avec nos valeurs et nos actions, c’est le bon moment pour adhérer à la CFTC !

Deuxième problème de plus en plus fréquent : certains d’entre vous êtes victimes de comportements et de paroles toxiques de collègues ou de managers, au point que votre santé (mentale et/ou physique) en accuse le coup. Nous le constatons concrètement à notre niveau (nous avons à ce titre, levé des alertes et provoqué des enquêtes pour suspicion de harcèlement moral) ; nous avons par ailleurs eu confirmation de cette recrudescence par d’autres canaux.

Si vous êtes en butte avec ce type de harcèlement , rapprochez-vous discrètement d’un membre de la Commission Locale de Prévention de votre site (ou tout représentant du personnel). Tracez par écrit les paroles et actes inacceptables que vous subissez et conservez toutes les preuves (email, Teams, etc…). Tracez aussi les remontées ou les warnings que vous faites à l’oral et qui ne sont pas suivis d’effets.

Enfin, d’autres problèmes endémiques tels que le burn-out,  continuent à nous pourrir l’existence professionnelle. Si votre santé est impactée, que vous êtes angoissés, épuisés, déprimés, avez des problèmes de sommeil, ou une consommation de tabac ou d’alcool en hausse,  faites-vous immédiatement assister médicalement et faites reconnaitre l’origine de vos troubles (appelez Worldline for me, prenez rendez-vous avec la médecine du travail ou votre généraliste, etc.).

Défendons-nous… collectivement

Les syndicats ont un rôle essentiel à jouer dans la négociation d’une procédure collective à venir. Nous le disons depuis 2021, le dialogue social de fond est devenu fantomatique chez Worldline. C’est l’une des leçons du mouvement social de 2022 : pour obtenir de réelles concessions de la direction, il est nécessaire d’appuyer les négociations par des actions de contre-pouvoirs.

Notre équipe grossit régulièrement depuis un an. Vous aussi, joignez-vous à cette résistance !  En se regroupant, on est beaucoup plus forts, et on se tient chaud dans l’hiver 😉. Plus nous sommes nombreux, et plus nous pouvons peser pour défendre tous les Worldliners. Chaque nouveau sympathisant/adhérent renforce notre capacité et notre intelligence collectives, notre connaissance du terrain et notre crédibilité.

Conclusion : Fight, Flee or Freeze ?

N’imaginez pas qu’il suffira que vous restiez tranquilles dans un petit coin invisible pour que le couperet vous épargne.  Soyez prêts à vous battre contre l’avancée de l’hiver, et les White Walkers qui s’en prennent à notre civilisation entreprise (désolé pour ceux qui n’ont pas la référence Game of Throne). Défendons-nous pour que notre dignité et nos intérêts soient préservés.

Dès maintenant, nous demandons l’ouverture d’une négociation sur la Gestion des Emplois et des Parcours Professionnels (légalement obligatoire, mais absente depuis 2017 chez Worldline France…) pour accompagner toutes les trajectoires professionnelles et les impacts qu’elles sont appelées à subir.

Nous demandons également, symboliquement et par mesure d’économie, l’annulation des augmentations de Gilles Grapinet et de Marc-Henri Desportes, prévues au 1er janvier 2024. Etant donné les performances de l’entreprise et ce que doivent subir les salariés, les maintenir relèverait de l’indécence. D’autant que, Worldline allant sûrement sortir du CAC 40, l’argument “leur salaire doit être alignés sur les grands patrons du CAC 40” ne tiendra plus.

N’hésitez pas à nous donner du feedback sur ce tract, en commentaire ci-dessous. Vous avez des infos intéressantes pour l’ensemble des salariés ? Prenez contact avec nous sur cftc.worldline@gmail.com.

Pour aller plus loin : Power 24 : premières infos de la direction France (+ notre analyse de Power 24 à venir)

You may also read!

Plénière CSE de Janvier 2024

Un rapide compte-rendu du CSE tenu fin janvier à Voltaire. Workforce Architecture : vérifiez le code qui vous a été

Read More...

Annonces Power 24 : premier fact-checking

Personne n’a pu échapper au lancement en grandes pompes du programme Power24. Le gala d’ouverture a été animé, sous

Read More...

Je suis un “low performer” – appel à témoins

De nombreux témoignages internes ainsi que l’émergence du plan ‘Power24’ ont conduit la CFTC à traiter ce sujet. Certains

Read More...

5 commentsOn Winter24 is coming – petit guide de préparation

  • On ne peut qu’adhérer au besoin de symbole, il faut l’annulation des augmentations stratosphériques de Gilles Grapinet et Marc Henri Desportes, vous avez raison d’employer le terme “indécent” si ce n’était le cas.
    Mais seront-ils toujours là en janvier 2024 😉 ?

    • Il faut les virer, ils ont montré leur incompétence. Et ce n’est pas seulement nous qui le disons, mais les marchés financiers.

      -60% en une journée. Un record.

  • Apparemment, suite aux incidents de paiement de ces dernières semaines, les clients impactés étudient des recours en justice contre WL.

    Les Echos / Investir

  • Quelques commentaires et réflexions sur cet article que je trouve très intéressant :

    Le cancer de WL : Annoncer des trucs que l’on ne sait pas comment on va les réaliser.
    L’exemple de la fermeture du datacenter SCL et en particulier des salle 1,2 et 10 avec 3 mois e délai de prévenance est emblématique. Finalement on se rends compte qu’à toutes les strates de l’entreprise, cela parle beaucoup, mais sans savoir ……

    L’approche mathématique de la gestion de l’entreprise est également une catastrophe. En effet, dans Excel, quand les couts tendent vers zéro, la performance financière tends vers l’infini ! J’imagine que c’est le Saint Graal de nos executives ?

    Merci pour les infos sur l’effet de Noria, je ne connaissais pas.

    Pour faire des gains de productivités durables, il faut savoir intégrer les sociétés que l’on achète ou avec lesquels nous sommes en “joint venture”. Mais WL, n’a jamais su le faire, et même, WL n’a jamais voulu le faire. Pour moi, cela relève de l’incompétence managériale. Et quand on a été biberonné aux méthodes ATOS dont on voit aujourd’hui le résultat …..

    Ah, donc, c’est Boston Consulting qui a élaboré la stratégie WL ? Ce n’est donc pas le conseil d’administration ? Pourquoi continue t’on à les payer alors ?

    Quant aux augmentations de nos executives, je serai bien plus lapidaire. L’action WL va sortir du CAC40. Or nos executives avaient justifié leurs augmentations de salaire par rapport au fait qu’ils dirigeaient une entreprise du CAC40 et que leurs salaires (pas les notres bien sur), devaient s’aligner sur celles des autres dirigeants du CAC40. Donc s’ils ne sont pas mis à la porte d’ici le prochain trimestre, je proposerai de ramener leur salaire à celui d’avant l’introduction au CAC40, et sans tenir compte de l’inflation depuis, car pour nous, l’inflation n’a aucunement été compensée, nous nous sommes appauvris. Alors, face à ce fiasco, il serait équitable que le même tarif leur soit appliqué.

    Un grand merci pour vos articles. On est d’accord ou pas avec, mais ils permettent la réflexion et le débat.

  • Merci à tous pour vos commentaires !

    @media, on est d’accord avec toutes tes remarques 😉 on a déjà remonté la plupart à la direction… et parfois sur les réseaux sociaux !

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mobile Sliding Menu