Intéressement 2023 : la CFTC signe avec des réserves

In Intéressement, Négociations

Malgré des réticences sur plusieurs points, les sympathisants CFTC ont finalement voté en faveur d’une signature du nouvel accord qui déterminera votre intéressement pour l’exercice 2023 (qui vous sera versé en 2024). Celui-ci se base sur une nouvelle formule de calcul comportant des avantages, mais aussi une forte part de risques.

Une formule “high risk” … mais pas encore “high reward”

Côtés positifsRéserves
Un montant plus généreux que les années précédentes
2823€ en moyenne pour chaque salarié français… si l’entreprise réussit à atteindre les objectifs fixés par le top management.
En cas de surperformance, cela pourrait même dépasser les 3000€, mais c’est tellement hypothétique que même M. Grapinet reste réaliste dans ses discours.
… mais qui reste en-dessous des standards des grandes entreprises françaises (4000€ moyens), et très, très loin de l’intéressement qu’ont connu les ex-Ingenico.
Des indicateurs plus transparents…
La formule se base exclusivement sur 3 indicateurs qui sont publiés officiellement aux marches, dont 2 sont audités par les Commissaires aux Comptes.
… mais des seuils trop ambitieux
Les seuils de performance à atteindre sont fixés par le top management et sont dans le “toujours plus” (plus hauts que ceux annoncés aux actionnaires, plus élevés que l’an passé). Nous estimons probable qu’un ou 2 objectifs ne seront pas atteints sur 2023.
Alignement sur la stratégie de la direction
Les nouveaux indicateurs choisis sont calqués sur le plan stratégique 2022-2024 de M. Grapinet.
On est sûr que la direction cherchera à les maximiser à tout prix.
Une philosophie trop “actionnaires” et pas assez “salariés”
L’intéressement sera très bas (<1000€) si la marge progresse peu ou pas (alors qu’elle est déjà excellente, à 27%). Autrement dit, en cas de sous-performance, notre intéressement servira de variable d’ajustement pour limiter la casse sur les résultats financiers.
Un accord testable
L’accord a une durée d’un an seulement, l’idée est de tester la nouvelle formule “en production” une fois, avant de la proroger sur du plus long terme si l’essai est concluant.
Un montant très volatil
Les 2/3 de l’enveloppe globale sont basés sur un seul indicateur (l’amélioration du taux de marge)  qui est d’une nature très volatile.
De plus, cette enveloppe chute à 0 si l’objectif est atteint à 60% ou moins.
 Une répartition inégale entre les salariés
L’intéressement de chaque salarié reste calculé pour 50% en fonction du salaire brut du salarié, ce qui donne des montants d’intéressement très différents. Pourtant, presque tous les salariés s’investissent fortement.

Une direction plus à l’écoute ?

D’autres Organisations Syndicales (représentatives à plus de 50%, au cumul) avaient validé l’accord avant nous, assurant les salariés de toucher l’intéressement pour un an. Notre signature avait donc une valeur essentiellement symbolique, nous l’avons utilisée en conscience.
Nous saluons par ce paraphe un début d’amélioration dans le dialogue social. Les échanges houleux et le climat de défiance de la négociation 2022 avaient abouti à une non-signature et à un mouvement social marquant une rupture entre salariés et direction. Ce geste fort des salariés semble avoir poussé la direction France (renouvelée) à plus d’écoute lors de la négo 2023. L’accord final répond à plusieurs revendications que nous avions formulées ainsi que d’autres syndicats : indicateurs auditables, durée d’un an, montant en progression.


Donner une chance à la nouvelle direction France

Cette signature ne signifie en aucun cas que nous approuvons la politique délétère actuelle (gel des embauches, des déplacements, 25% de salariés sans augmentation individuelle, vague de départs – volontaires ou provoqués), qui résulte des objectifs orientés “actionnaires” de M. Grapinet. Mais dans la mesure où nous ne disposons pas d’autre levier pour le moment, nous jugeons préférable de faire contre mauvaise fortune bon cœur, dans l’espoir que les salariés en tirent un bénéfice sonnant et trébuchant.
Cependant, le partage de la valeur avec les salariés n’est toujours pas à la hauteur attendue, comme le symbolise amèrement la copieuse augmentation que messieurs Grapinet et Desportes toucheront au 1er janvier prochain. Nos top dirigeants n’étaient apparemment pas disposés à faire progresser la formule d’un coup. Notre directeur France a donc déclaré vouloir d’abord améliorer la formule d’un cran en 2023, puis continuer à la bonifier les années suivantes.
Dont acte : nous avons décidé de donner une chance à Christophe Duquenne pour négocier dans le futur dans une relation de confiance. Nous notons que la grève de 2022 à laquelle nous avions appelé semble avoir eu des résultats à moyen terme.
Et nous négocierons à nouveau l’an prochain avec des attentes plus élevées. Nous revendiquions 3500€ cette année ; pour nous, la santé financière excellente et en progression continue de Worldline devra aboutir à terme à plus de 4000€ annuels par salarié.

N’hésitez pas à nous donner votre avis en commentaire ci-dessous sur cet accord et cette signature.

Plus d’explications techniques dans l’article l’accord d’intéressement 2023 in a nutshell.

Toute l’équipe CFTC

You may also read!

RCC – nos propositions pour ceux qui partent

Retrouver les mesures défendues par la CFTC pour les salariés qui restent dans ce précédent article. En premier lieu nous

Read More...

Un autre monde

Disponible en replay ici : https://www.france.tv/france-2/un-autre-monde/5800047-un-autre-monde.html Nous vous conseillons ce film, avec Vincent Lindon, "Un autre monde". Un film

Read More...

Réenchanter Worldline

Arrivée ce matin dans les locaux de l'entreprise. Quelque chose est différent. Vraiment différent. Pourtant cela faisait longtemps que

Read More...

3 commentsOn Intéressement 2023 : la CFTC signe avec des réserves

  • Difficile de dire si la rentabilité du groupe progressera. D’un point des infrastructures, la course à la rationalisation est lancée, (énergie, machines, équipements etc …) ainsi que l’automatisation etc …. Mais avec ces projets M2C qui vont couter énormément d’argent sur les premières années, avant d’espérer en toucher les bénéfices plus tard, je ne suis pas certain que la rentabilité du groupe sera au RDV pour notre intéressement.
    Je ne m’attends pas quelque chose de significativement en progrès pour l’année prochaine ….

  • Merci Gus. Nous partageons cette prudence, et quand on voit que les restrictions budgétaires qui s’accentuent, on se dit que la direction la partage aussi…

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mobile Sliding Menu