RCC : on attend le soleil

In Négociations, RCC

Article édité vendredi 31/05 suite à un rebondissement (voir addendum en fin d’article)

Après des mois de flou et beaucoup de communication sans un accord concret, vous êtes nombreux à demander de la visibilité sur l’avancée de la négociation de Rupture Conventionnelle Collective.

Nous avons pleinement conscience que beaucoup d’entre vous souhaitent quitter notre entreprise le plus rapidement possible et profiter de cette aubaine qu’est la juteuse indemnité de départ. Aujourd’hui, le message que nous adressons à tous les éligibles RCC est d’être vigilants : il est trop tôt pour se mettre dans les starting blocks.

La communication de la direction

En multipliant les mails et réunions parlant de RCC, le DRH (Mr Goll) utilise une technique de manipulation dite technique d’ancrage. Le but est d’ancrer dans nos cerveaux le process présenté par la direction comme un standard de fait. 

  • Les RH ont communiqué tantôt sur une signature de RCC avant le 31 mai, tantôt fin mai – début juin, 
  • Le DRH a inondé les salariés de communication :
    • Mars : tournée des sites du DRH
    • Avril : diffusion d’une FAQ, Powerpoint, etc 
    • Mai : Réunion d’info DRH, 4 réunions d’information par Alixio 
  • Le 27 mai, ouverture de l’Espace Info Conseil RCC (Alixio) aux salariés pressentis éligibles, avant même la signature d’un accord RCC ! 

Ce plan comm’ a fait naître chez des centaines d’entre nous, salariés, des projets de départs. En témoignent les 100 appels reçus par Alixio sur la seule journée du lundi 27 mai. Mais attention, ces projets personnels pourraient ne pas arriver à terme car en parallèle, la direction ne fait pas le nécessaire pour que la négociation aboutisse. 

La présentation faite par la direction est en fait purement promotionnelle : il n’y est jamais mentionné tout ce qui ne va pas ou qui manque dans l’accord (technique de manipulation appelée « effet de cadrage »). Et lorsque les salariés pointent les effets délétères d’une réduction d’effectif, notre DRH « prend note ». 

La dépense du budget dans le projet actuel de RCC correspond en ratio à répartir 10 centimes entre les salariés Worldline restant et 100€ entre les salariés Worldline partant. 

La double manœuvre de Mr Goll

Le DRH n’ayant pas la main sur cette négociation, il a tenté cette technique de communication/manipulation pour extorquer la signature des syndicats. En faisant croire aux salariés que son accord (très en-dessous des standards du marché) est bon, il crée dans l’opinion « publique » une forte attente qui met la pression sur les négociateurs pour qu’ils signent rapidement… Résultat : les syndicats sont sous pression pour signer vite un accord qui est pourtant encore peu généreux côté direction.

Car, en parallèle, le DRH a adopté une stratégie dite de négociation « positionnelle » (ou des pas de fourmis) qui a ralenti la négociation RCC. Il a fait partir la négociation d’un niveau très bas, puis il a fait progresser très lentement les propositions de la direction, principalement sur les points permettant de susciter des départs rapides et nombreux. Autrement dit, il a surtout fait des pseudo-concessions qui étaient planifiées dès le départ (dont l’augmentation des plafonds par exemple).

Nous ne confondrons pas vitesse et précipitation. A l’unisson avec d’autres syndicats, nous avons refusé ce mercredi 29/05 de signer la dernière proposition d’accord rédigée par la direction. 

Pourquoi vous ne signez pas ?

Signer l’accord proposé par la direction dans son état actuel serait une trahison des salariés.
Pour résumer : 

  1. La proposition de la direction est nettement moins « généreuse » financièrement que ce qui se pratique dans les RCC des entreprises comparables à Worldline (ESNs, SBF 120…) 
  2. Parce que dans son état actuel, cet accord favorise de façon disproportionnée le départ des hauts salaires. A 250 000€, le plafond de l’indemnité de départ ne concerne que les salariés gagnant au moins 8,333€ par mois. Nous souhaitons qu’un maximum de salariés puisse atteindre ce plafond. 
  3. Les dépenses consacrées aux salariés « qui partent » sont 1 000 fois plus élevées que celles consacrées à ceux « qui restent » 
  4. Cette réduction d’effectif mettra en difficulté les 3500 salariés français qui travailleront encore chez Worldline. Les problèmes qui nous ont menés à cette situation ne seront pas réglés. Et les conséquences pourraient s’aggraver : surcharges de travail, perte de sens, risques psychologiques associés à une organisation du travail de plus en plus hors-sol, perte de compétences, perte du pouvoir d’achat des salariés, virages stratégiques pris sans préparation et sans moyens (Move2Cloud, DevOps/Agilité, offshorisation, etc…) 

L’intérêt collectif à cœur

La CFTC ne signera pas cet accord en l’état. Nous comprenons que certains salariés qui avaient déjà un projet pouvant se contenter des propositions actuelles en ressentent une grande déception. Mais, à la CFTC, et comme nous osons le croire, chez l’ensemble des syndicats Worldline, nous priorisons l’intérêt collectif devant les intérêts particuliers, tout en mettant tout en œuvre pour qu’ils coïncident.

Monsieur le DRH, moins de communication et plus de concret svp ! Si la direction ne souhaite pas réellement de RCC, si tout ceci n’est en réalité qu’un plan visant à susciter des envies de départ via démission de salariés, c’est extrêmement malsain. Dans le cas contraire, nous sommes disponible pour démarrer une vraie négociation.




Addendum du 31/05 à 14h26

Notre article à peine publié sur ce site que la situation a déjà évolué.

Un nouveau plafond a été proposé par la direction. Il situera à 300 000 € alors que le nombre de mois de salaires monte à 40 (après application des coefficients).

La disparité de traitement que nous dénoncions dans l’article,  ne fait donc que s’accentuer pour les personnes ne disposant pas d’un niveau d’ancienneté et de salaire suffisant (il faut au moins 29 ans d’ancienneté pour arriver à 40 mois d’indemnités et un salaire de 7500€ minimum avec cette ancienneté pour escompter toucher les 300k, (et toujours avec la même ancienneté) et de 5000€ pour 200k.

Autant dire que le commun des mortels chez Wordline devra se serrer la ceinture.

Cette nouvelle version qui est encore plus inéquitable que la précédente n’apporte rien de plus pour ceux qui restent. Et malheureusement, elle condamne une partie non négligeable des personnes ciblées par la suppression de leur poste à se cramponner malgré le désamour que l’entreprise manifeste à leur endroit de manière de plus en plus ostentatoire.

Nous ne doutons pas que les éventuels syndicats signataires n’auront à l’esprit que l’intérêt des salariés qu’ils représentent et qu’aucun de ses représentants élus ne revendiquera ces avantages en son nom propre.



N’hésitez pas à réagir en commentaire !
Toute l’équipe de négociation CFTC

You may also read!

RCC – Où ça coince ?

(article écrit le 16 mai 2024) La RCC n’est toujours pas signée. La direction souhaitait une signature mi-mai, c’est raté. Sur

Read More...

Paroles de salarié démissionnaire [32]

Bonjour, Aujourd'hui, des paroles d'un collègue qui appréciait particulièrement... nos articles "paroles de salarié démissionnaire", et qui se retrouve aujourd'hui

Read More...

Intéressement 2023 : explication de la catastrophe

La grande déception Le montant attribué dans le cadre de l'intéressement 2023 (que nous touchons au printemps 2024) est une

Read More...

8 commentsOn RCC : on attend le soleil

  • votre position est confuse : vous déplorer que le plan soit couteux (la direction investirait davantage sur ceux qui partent que ceux qui restent), mais vous souhaitez négocier des indemnités plus élevées pour les partants ??? Difficile à suivre, et pendant que vous prenez votre temps, les salariés partent de façon individuelle, sans la protection d’un accord collectif

    • Merci toto pour ton commentaire.
      La direction n’écrirait pas autre chose que toi 🙂

      Effectivement, nous ne sommes pas près à signer plus vite quand en attendant 2 semaines on peut obtenir beaucoup plus de moyens pour protéger les 3500 salariés qui resteront, car la direction s’est mise sous pression.

  • Stan le gréviste

    Bonjour,
    je prends surement le problème à l’envers, mais environ 8k€/mois pour des postes qui ne sont plus jugés “adaptés car n’ayant pas le bon job-role”, il n’y a que moi que ça interpelle?
    Par rapport aux sommes allant aux partants, une distribution plus juste aurait été en fonction du temps de présence dans l’entreprise uniquement et non pas en fonction du salaire en plus, mais voilà, les vieux modèles salariaux ont toujours bonne presse.

    Par rapport à la RCC en tant que telle, la direction l’utilise probablement aussi pour sonder l’état d’esprit actuel de tous les collaborateurs FR. Ils vont pas être déçus là haut en ayant plus de jobroles non éligibles souhaitant partir que l’inverse.

    Quand à ceux qui restent dans des conditions d’organisation totalement floues, il reste la grève ?

    • Nous sommes d’accord (et d’autres collègues nous le disent) : donner 200 ou 300 k€ à une personne pour la démobiliser, ça fait très mal au coeur.

      Nous aurions été partants pour étudier le type de répartition que tu proposes, mais d’autres syndicats défendant les gros salaires y seraient opposés. De plus c’est très éloigné de la logique de la direction (qui cherche à alléger la masse salariale, donc à inciter à partir les gros salaires en priorité).

      Pour la grève, d’autres salariés nous en parlent, bien sûr, vu la déliquescence provoquée par Mr Grapinet. On a toujours ça dans un coin de la tête.

      Un grand merci pour ton témoignage.

  • Vous attendez le soleil, mais en attendant je vois les collègues partir par dizaines en posant leur démission. Jamais vu autant de pots de départ, plusieurs par semaine depuis des mois. Je ne sais pas qui est-ce qu’il restera à protéger à la fin quand vous serez enfin satisfaits.

    • Bonjour Sylvain,

      merci pour ton témoignage. Donc, si nous comprenons bien le sens de ta remarque, il fallait signer au plus vite quelle que soit la teneur de l’accord, afin d’arrêter l’hémorragie ? Hmmm….

      Pour information, la CFTC avait mis en garde quant à une période de négociation trop étalée dans le temps et nous ne sommes pas responsable de ce planning imposé par la direction.

  • Bonjour,
    pourquoi ne pas ventiler le total des sommes en fonction du temps de présence dans l’entreprise uniquement ? Et non pas en prenant aussi en compte le salaire ? Un galérien présent depuis 4 ans mérite tout autant (voire plus) qu’un nouveau payé 4 fois plus et étant arrivé il y a moins d’un an.

    Autre point de gène, comment un jobRole éligible (plus dans l’ère du temps, etc…) peut émarger à 8k€? Est-ce aussi une RCC pour les placardisés ? La base ayant besoin de bras, un tel salaire ne peut pas être transformé en 6 bras productifs ?

    Pour ceux qui ne partent pas, il reste la grève en attendant un projet clair et réfléchi de la part de la direction pour les années à venir?

    • Rebonjour Stan,
      oui la RCC est aussi faite pour “vider les placards” et supprimer des niveaux hiérarchiques.

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mobile Sliding Menu