Paroles de salarié démissionnaire [32]

In Paroles de salariés

Bonjour,

Aujourd’hui, des paroles d’un collègue qui appréciait particulièrement… nos articles “paroles de salarié démissionnaire”, et qui se retrouve aujourd’hui de l’autre côté de la barrière !

Ses propos retranscrivent très bien ce que vivent de nombreux salariés chez Worldline en 2024. Un grand merci à lui ! Nous lui souhaitons bon vent!

Bonne lecture !

L’équipe CFTC

Quelles sont les raisons de ton départ ?

Après 9 ans, j’avais envie de voir autre-chose, de ne pas rester dans une vision Worldline-centrique. Je vais voir autre chose dans une petite boîte, faire un job multi-compétences.

Dans d’autres contextes, j’aurais hésité davantage, mais le climat d’entreprise m’a convaincu de partir. L’ambiance est mortifère, on se croirait dans le secteur de l’automobile pendant la crise de 2008, alors que ça ne va pas si mal. Il y a du désenchantement. L’affaire Jean-Luc V. (salarié mis dehors après une intervention en production ratée, ndlr) a été l’étincelle.

Je vais perdre en rémunération en changeant de boîte, c’est dire à quel point j’en étais arrivé ! Mais le confort d’esprit est plus important.

Je peux ajouter l’incompréhension de la stratégie de la direction, et les perspectives floues pour mon équipe (plate-forme appelée à disparaître d’ici quelques années).

Qu’est-ce que tu as aimé chez Worldline ?

Le cadre ! Le climat chaleureux. C’est peut-être plus sensible chez PS, où on est un peu protégés. Il y a un esprit de famille, des gens qui ont vécu des choses ensemble, des carrières longues, des anecdotes que les plus anciens nous racontent… Ca forme une sorte de mythologie Worldline (« l’année où des gens m’ont retourné la voiture sur le parking »… !). C’est très rare en ESN car les gens ne restent pas assez longtemps.

La compétence et le dévouement des équipes, leur abnégation (parfois trop peut-être !). Les collègues qui connaissent leur métier, le prennent à cœur.

 La liberté et la confiance qu’on t’accorde comme jeune embauché. Alternant, j’ai rapidement eu à gérer un gros projet en prod, j’ai monté une brique technique utilisée largement en interne… (ndlr : c’est le côté positif de la juniorisation !)

 La flexibilité, je n’ai jamais été embêté sur les conditions de travail.

J’étais pas malheureux de mon salaire (avec les astreintes payées), j’ai toujours eu des augmentations.

Qu’est-ce que tu n’as pas aimé chez Worldline ?

Ca tourne autour de 3 thèmes. Une vision stratégique absente, l’intégration d’Ingenico, et les changements/migrations à marche forcée.

Je n’ai pas aimé le mépris pour les équipes techniques. Lorsque GCP (le cloud google) et GI (le cloud Ingenico) sont arrivés, je me suis senti humilié par le discours de la direction, notamment en Digital Coffee. Ça donnait vraiment une impression de « on va sortir du tiers-monde », « on devient des bonhommes, des cool kids », « on a enfin quelque chose à notre niveau »… Alors que la boîte n’a pas si mal tourné depuis 20 ans ???? D’ailleurs j’ai jamais entendu parler d’incidents de paiement avant 2023… (ndlr : il y en avait eu, mais dans d’autres pays)

Que la direction ne soit pas technique. Avant on avait des tech à la tête. Les top dirigeants d’aujourd’hui ont une logique très business. Quand ils parlent technique, les équipes tech rigolent… ou tremblent de peur. MHD n’a pas perçu tous les tenants et aboutissants de la migration cloud Google. Ils me font peur, c’est aussi simple que ça.

La fusion avec Ingenico pour les équipes techniques. On a créé un état dans l’état. Tous les arbitrages techniques, toutes les plateformes d’aujourd’hui viennent de chez Ingenico (Global Infra, Ogone, le CaaS…), même ce sur quoi Worldline était en avance, comme le CaaS. Je pense que c’est ce genre de choses qui ont causé le départ de gens importants et compétents chez PS.

Il me semble que le top management PS a mal communiqué, ils ont été comme des ectoplasmes face à des salariés ex-Ingenico qui défendaient (trop) bien leur bifteck.

Aujourd’hui les ex-PS sont marginalisés. On a monté les WL contre les ex-Ingenico, qui eux renvoient une impression de sectarisme. Il y a eu du mépris pour les équipes PS (« quelle horreur, pourquoi vous faites ça »…). Certes, le distanciel n’aide pas.

Il y a aussi une opacité, des passe-droits : certains ex-Ingenico n’utilisent pas la CMDB, restent sur Slack et refusent d’utiliser la messagerie d’entreprise (Teams), font des interventions à la main en prod…

Des légendes se forgent, un climat explosif s’est instauré. On a créé un truc ingouvernable.

Je vous conseille la série “Severance” qui résonne fortement avec ce qui se passe chez Worldline !

Je n’ai pas aimé les migrations incessantes (LP1, CMDB…), avec une impression de détricoter ce qu’on a fait. La CMDB n’est pas parfaite, mais on est en train de la flinguer complètement avec la migration sur ServiceNow. Ça donne l’impression que le client, assurer un service de qualité, faire de l’argent, ce n’est plus une priorité pour WL. Ca fait bien longtemps que je n’ai pas réfléchi à une solution pour une avant-vente, un client…

Le passage d’une grosse PME à marche forcée vers l’international, en mode « il faut que tout rentre dans le même moule ». On a intégré des équipes, on a admis que c’était bon, qu’ils étaient intégrés. Mais les indiens, les suédois, ne connaissent pas CMDB et ne sont pas dans le LDAP. Tu leur imposes des trucs dont ils ne comprennent pas l’intérêt. J’essaye de faire rentrer au pied de biche des gens dans des solutions pour lesquelles ils ne sont pas prêts. Je garde en mémoire un “Please fix that” d’un collègue suisse…

Et puis, on n’a pas les codes culturels de ces pays, ça cause des clashs. Je ne parle même pas de WL India, sinon… c’est foutu.

L’impression de tourner sur des bouts de ficelle. Certaines briques critiques qui tournent sur du matériel obsolète et non supporté par le fournisseur.

Les petites mesquineries du quotidien : fournisseurs pas payés dans les temps comme Dell, politique de déplacements limite limite, « ta formation tu la ferais pas plutôt à distance ? », « le double écran est arrivé » mais pas vraiment…. On a l’impression d’être dans une PME où l’argent sort de la poche du comptable ou du patron. Et encore, ils sont souvent mieux équipés dans les PME !

Si tu pouvais changer un truc chez Worldline, qu’est-ce que cela serait ?

J’ai bien réfléchi et ce serait :

Ne pas laisser les salariés inventer leur rôle, fixer un cadre. Actuellement tout le monde cherche à se justifier “moi je sais faire ci, ça”.

J’attendrais de la direction qu’elle fixe un cap (qui ne change pas dans 3 mois) et qu’elle dise aux salariés : “ça c’est dans mon cap, j’attends ça, et votre rôle dans cette démarche c’est ça”.

You may also read!

CSE de mai 2024 – Signature des avenants télétravail, Plan Canicule, GenAI…

Même si toutes les attention sont tournées vers la négociation RCC, le CSE de mai s'est déroulé mardi 28

Read More...

RCC : on attend le soleil

Article édité vendredi 31/05 suite à un rebondissement (voir addendum en fin d'article) Après des mois de flou et beaucoup

Read More...

Power24 – la vision du CSE et du Comité Européen

L'avis du comité européen L'avis du comité européen (EWC, Europeean Work Council) sur le projet Power24 a été rendu

Read More...

One commentOn Paroles de salarié démissionnaire [32]

  • Très bon témoignage, d’une grande lucidité.
    A propos de l’affaire Jean Luc V, citée dans cet article, la direction s’est plus que tirée une balle dans le pieds. Les conséquences de ce lynchage sont incommensurables.
    Quelques jours après ce triste événement, j’ai vécu un truc incroyable. Les équipes techniques, sans se concerter ont toutes refusé de réaliser des mises en production, et ce pendant plusieurs semaines. Les projets n’ont donc pas été livrées, et n’ont donc pas été facturés au client. Tout ce mic-mac a mis les planning dans la panade pendant 6 mois. Je ne sais pas combien cela a couté à la boite, mais cela a du chiffrer.
    De plus, les équipes ont reçus le total soutiens de responsables de département, de pôle et de certains managers assez proches des sommets. C’est dire le niveau d’isolement de MHD et de son équipe !
    Autre fait très intéressant, le témoignage fait référence au totem d’immunité des équipes ex Ingenico, qui font ce qu’elles veulent, comme elles veulent sans suivre aucune règle imposée aux ex WL. Il y a quelques semaines, un changement réseau réalisé par cette équipe a mal tourné et a un impact significatif sur certains projets. Dans le monde de ceux qui travaillent, ce sont des choses qui arrivent, comme dans le cas de Jean Luc V. Mais la ou c’est plus intéressant, c’est que la personne à l’origine de l’incident a maquillé son action et a contrefait les logs de son opération. Bon, cela a été découvert. la question sera donc de savoir si le totem d’impunité de cette équipe sera préservé ou si un traitement identique à celui de Jean Luc V lui sera réservé.
    Nous attendons tous de savoir comment cette affaire va évoluer, et les décisions qui seront prises par le staff de MHD.
    Bref, ce témoignage confirme le climat délétère, que dis je, totalement pourris instauré par la direction.
    Les meilleurs éléments vont voir ailleurs, l’entreprise en souffre énormément …. et tous les salariés restant avec.

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mobile Sliding Menu