Joint-Venture Crédit Agricole : premiers éclairages

In Actualités sociales, Rémunération, finance et économie

Le modèle Worldline de Joint Ventures pour adresser le marché Merchant Services, déjà en vigueur dans les autres pays (Allemagne-Autriche, Italie, Grèce, Australie…), arrive en France ! Nous allons enfin pouvoir accéder au schéma de paiement CB [Carte Bancaire] franco-français. La recette :

  • S’associer avec une grande banque du pays : le Crédit Agricole est la 1ère banque française pour le paiement sur le schéma CB (30% de part de marché)
  • Créer une Joint Venture
  • Rester bank-friendly : s’associer avec des banques, mais ne pas « voler » leurs clients (contrairement aux pratiques de nos concurrents du type Adyen, selon la direction)

Un rêve de Mr Grapinet

Notre PDG voulait faire ce type d’opération en France depuis très longtemps, pour accéder au 1er marché européen en termes de services marchands. Pour un leader européen du paiement, c’était un trou dans la raquette de MS [Merchant Services].

Mr Grapinet est venu en personne au CSE pour présenter ce projet de JV [Joint-Venture]. C’est la 1ère fois qu’il s’adresse ainsi aux représentants des salariés depuis son arrivée aux rênes de l’entreprise, signe sans doute de la grande importance qu’il accorde à l’aboutissement de ce projet.

Les discussions avec le Crédit Agricole étaient en cours depuis 18 mois (soit peu après le mariage avec Ingenico). Elles auraient été facilitées par une grande confiance entre messieurs Grapinet et Brassac (PDG du CA depuis 2015), qui se connaissent bien. Rappelons aussi que notre PDG a travaillé au Crédit Agricole en 2007…

WL a eu un peu de chance sur ce coup : le Crédit Agricole avait initialement noué un partenariat avec notre concurrent allemand Wirecard… qui a fait faillite en 2020 suite au scandale des irrégularités comptables ! Worldline a récupéré l’affaire…

Cette co-entreprise (a.k.a. Joint-Venture) c’est quoi ?

C’est une société :

  • possédée conjointement par WL [Worldline] et CA [Crédit Agricole] (appelés les « parents »)
  • mais rattachée au groupe WL, qui possède la majorité (50% + 1 action !)
  • dont les résultats financiers seront donc consolidés dans ceux de l’UES WL !

La JV vendra les produits développés par CA-PS [Crédit Agricole Payment Services], par les autres entités WL, et aussi développés en interne à terme. Des investissements en actifs (d’une valeur de 80M€) lui seront apportés à parts égales par les 2 parents. Ses effectifs seront constitués par mobilités depuis WL ou CA-PS, et par recrutement.

En l’occurrence, peu d’investissements initiaux sont nécessaires puisque les produits à vendre sont déjà développés. Ce qui signifie qu’il y a peu de cash à sortir à la création, ce qui réjouit les actionnaires et les marchés !

En quoi c’est win-win ?

Il y a une forte complémentarité entre les 2 entreprises

  • sur les domaines d’expertise
  • sur les segments commerciaux adressés (CA est très présent chez les petits commerçants, avec un réseau de 10 000 agences)
  • sur les produits apportés à la JV

CA-PS n’avait pas la puissance de développement pour supporter dans ses produits tous les moyens de paiement du marché (que WL supporte déjà). De son côté Worldline n’avait pas accès au schéma domestique CB, monopole des banques françaises.

Un déploiement en 2 temps

Temps 1 : mettre à profit immédiatement le potentiel commercial du partenariat

Le personnel de la 1ère mouture de la JV (jusqu’à 95 personnes fin 2024) intègrera principalement des commerciaux pour adresser le secteur MS. Ce sera surtout un regroupement administratif d’équipes préexistantes en provenance de CA-PS et de WL. Quelques ops pour faire le  run de 1er niveau seront intégrés, mais pas de développeurs.

Les premiers objectifs de la JV seront :

  • Enclencher une dynamique commerciale commune
    • Commercialiser 4 nouvelles offres
    • Faire des réponses communes aux appels d’offres des grands comptes
    • CA vendra l’offre WLOP en marque blanche (à la place de son offre actuelle, moins compétitive)
  • Préparer la suite :
    • Certains agréments et certifications devront être obtenus rapidement par la JV
    • WL développera et déploiera sur ses plateformes l’acquisition sur le schéma CB
    • Des produits spécifiques pour quelques verticales de petits clients seront développés

Cette volonté d’aller vite correspond probablement à la logique très financière de Worldline, qui doit vouloir montrer immédiatement aux actionnaires la profitabilité de ce partenariat. Alors que la gestion du CA est au contraire avec une vision beaucoup plus long-terme, ce qui nous a surpris (selon nos dirigeants) !

Temps 2 : une vraie consolidation des offres

A partir de 2025, l’effectif de la JV sera rééquilibré pour comporter environ autant de « techniciens » (devs et ops) que de commerciaux. Il pourrait atteindre ~260 personnes.

Les objectifs sont cette fois à plus long terme : développer un vrai catalogue d’offres tout-en-un pour tous les segments du marché MS.

  • Grands comptes : acceptation et acquisition intégrées et paneuropéennes (comme le proposent les concurrents type Adyen)
    • Petites et moyennes entreprises : bâtir une seule offre complète, multi-supports (disponible en plusieurs configurations)

A terme, 100% des développements et des hébergements seront faits côté WL (dont une partie dans la JV, probablement). D’ailleurs, 90% des apports technologiques seront faits par WL.

Les aspects sociaux

Conditions de travail

La JV sera intégrée à l’Unité Economique et Sociale de WL (de même que Worldline SA, Worldline SAS, etc) grâce aux 50%+1 action. Les salariés intégrés dans la JV auront donc un contrat Worldline et bénéficieront du « package social » afférent.

La question de l’attractivité de Worldline pour les salariés de CA-PS se pose. Nous allons comparer les 2 « packages sociaux », et nos homologues représentants du personnel chez CA-PS aussi (à plus forte raison). Par le passé, il semble que CA-PS (anciennement CEDICAM) a attiré des salariés WL, plutôt que l’inverse.

Locaux

Les franciliens de la JV seront regroupés dans un nouveau site qui reste à définir (a priori dans le 92), et ce quelle que soit leur provenance (WL, CA-PS, nouveaux embauchés). Les « provinciaux » de Worldline concernés peuvent se rassurer : ils resteront sur leurs sites actuels.

Notre avis

Si rien n’est encore définitif (nous abordons les zones de flou ci-dessous), sur le papier cela semble être :

Un « gros coup » stratégique pour WL

A long terme, tout semble positif pour le leader européen des paiements. Les plateformes WL recevront tout le trafic de paiement sur le schéma CB du CA (soit plus de 200Mds€ de transactions par an), notamment tous les revenus monétiques liés aux grands clients CA. Le chiffre d’affaires et la marge probable de la JV seront crédités aux comptes de WL. Les produits seront développés chez Worldline. Nous élargirons notre panel de clients par l’intermédiaire de la JV, sur le 1er marché MS de France. Notre offre sera améliorée, pour tous les profils de clients.

Tout pour Merchant Services

Au rachat d’Ingenico, seule la partie MS de Worldline France avait grossi. Une nouvelle fois, comme depuis cinq ans, les grandes manœuvres stratégiques de notre direction sont orientées uniquement vers le secteur MS. Les marchés FS et MTS n’ont même pas été mentionnés dans les slides présentant le projet.

Cela correspond manifestement à la logique des analystes financiers et actionnaires, qui semblent juger tout Worldline à l’aune d’une seule de ses GBLs. Cela dit, si les marchés ont d’abord accueilli très positivement l’annonce dans la presse de ce partenariat le 19 avril à l’ouverture, à la cloture l’action n’avait pris plus que +0.92%.

Pire, FS risque d’être pénalisé, car les banques concurrentes du CA, qui sont clientes FS, se sont avérées (évidemment) mécontentes de ce lien privilégié qui va s’établir (et ce, malgré les dénégations de la direction). Nos commerciaux ont dû faire le tour des clients bancaires pour les rassurer.

La direction tente de rassurer en affirmant que quelques briques des produits MS seront développées par FS, voire par MTS. Et l’on sait que FS est souvent intéressé par la croissance de MS, qui lui délègue le Processing des paiements. Mais c’est réduire les autres entités au rang de fournisseurs de MS.

Quel modèle de facturation ?

La direction est restée assez évasive sur les modes de facturation (entre Worldline et la JV, entre le CA et la JV…). Cela va pourtant être déterminant pour que ce partenariat fonctionne, nous demanderons des précisions.

Quel est l’intérêt stratégique pour le Crédit Agricole ?

A terme, on a l’impression qu’une partie importante des activités de Build et de Run va être prise en charge chez Worldline, et que le CA deviendra donc très Worldline-dépendant. L’intérêt financier reste également à préciser, mais il est probable que la JV reversera une partie de ses résultats au CA.

Nous avons pu avoir des échos de certains collègues de CA-PS. Eux aussi comprenne bien l’intérêt stratégique de la JV, au plan commercial. Worldline est perçu comme le partenaire le plus crédible, après l’échec du partenariat avec Wirecard. Mais le transfert probable de beaucoup de chiffre d’affaires de CA vers WL, le fait que la JV sera présidée par un Worldliner, jettent un doute sur le côté “brank-friendly” clamé par nos dirigeants.

Et sur le volet social :

Côté dev, en réalité CA-PS ne réalise plus guère de dév en interne, mais vend surtout des produits (progiciels) dont elle achète les licences. Aucun emploi n’est vraiment en jeu, et les produits évoqués sont plutôt en fin de vie de toute façon. En revanche côté Ops il y a une cinquantaine d’emplois côté CA-PS pour lesquels l’incertitude à long terme est totale, pour l’instant.

Des risques sociaux limités… pour les Worldliners

Les salariés WL intégrant la JV connaîtront un changement principal : le déménagement sur un nouveau site pour les parisiens. Le reste devrait être relativement stable, puisque c’est souvent des équipes existantes qui feront leur mobilité, et continueront à faire le même travail, mais avec un nouveau rattachement hiérarchique. C’est en tout cas le son de cloche de la direction, le CSE va être vigilant sur ce point.
En revanche le changement sera plus radical pour les salariés en provenance de CA-PS ; même si eux aussi arriveront souvent avec le reste de leur équipe (enfin… c’est la théorie), ils connaîtront à la fois un changement d’entreprise, de « package social », de locaux et de rattachement hiérarchique (niveau N+2 ou N+3).

Et vous, que pensez-vous de cette opération ? N’hésitez pas à réagir en commentaire !

Toute l’équipe CFTC

You may also read!

RCC – nos propositions pour ceux qui partent

Retrouver les mesures défendues par la CFTC pour les salariés qui restent dans ce précédent article. En premier lieu nous

Read More...

Un autre monde

Disponible en replay ici : https://www.france.tv/france-2/un-autre-monde/5800047-un-autre-monde.html Nous vous conseillons ce film, avec Vincent Lindon, "Un autre monde". Un film

Read More...

Réenchanter Worldline

Arrivée ce matin dans les locaux de l'entreprise. Quelque chose est différent. Vraiment différent. Pourtant cela faisait longtemps que

Read More...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mobile Sliding Menu