Synthèse de la plénière CSE de juillet 2022

In CE Worldline, CSE Worldline, Divers

Bonjour à toutes et à tous,

Nous vous proposons une rapide synthèse des points les plus importants abordés lors de la dernière réunion plénière du CSE, qui a eu lieu le 21 juillet 2022.

Sur la charte télétravail

Le point sur la nouvelle charte télétravail a été sans surprise un des sujets les plus discutés de cette plénière. Pour bien comprendre la situation, il est nécessaire de revenir sur le contexte de cette information-consultation du CSE.

Après l’échec des négociations avec les organisations syndicales, la Direction a transformé son projet en une charte et l’a présenté au CSE le 12/07, en insistant pour obtenir un avis lors de la plénière suivante du 21/07.

Les élus, ne voulant pas rendre un avis précipité, à l’image du projet de mise en place du télétravail par la Direction, ont refusé et ont exigé un délai supplémentaire d’une semaine. La Direction a été obligé d’accepter un rendu d’avis fin Juillet.

Cela a permis à nos élus d’analyser le projet de charte et de poser plus d’une trentaine de questions et demandes de modification à la Direction lors de cette plénière.

Certaines remarques ont été entendues par la Direction, même si le résultat dans le projet final n’est pas au niveau des attentes des élus. Parmi ces demandes, on peut citer notamment :

  • La baisse du nombre de jour de présence sur site en cas de congés. Dans la première proposition, le nombre de jour sur site était maintenu à 10 jours par mois si le salarié prenait moins que 10 jours de congés. Par conséquent, pour un mois de 20 jours ouvrés, le salarié ayant pris 9 jours de congés n’avait que 2 jours de télétravail possibles.
    L’ajout de 2 plages supplémentaires (4 à 5 jours et 6 à 9 jours) permet de limiter ce phénomène, mais complexifie davantage une charte déjà difficile à appliquer ;
  • De la même manière, le premier projet ne donnait pas de définition précise des règles de présence sur site pour les temps partiels, ce qui laissait dans le flou une partie des salariés sur les règles à appliquer ;
  • La description de la période transitoire entre le 1er août et la signature des avenant n’était pas du tout abordé dans la première proposition et pouvait amener à des interprétations et applications inégales de la charte.

Malheureusement, la plupart des remarques du CSE n’ont pas du tout été prises en compte et la proposition globale reste très éloignées des demandes des organisations syndicales et des souhaits des salariés. Pour rappel, les résultats du sondage émis par la Direction en 2021 indiquaient que 59% des salariés souhaitaient 3 jours ou plus de télétravail par semaine.

Nous en sommes encore loin, même si la Direction met en avant que la charte permet un télétravail plus élevé que le télétravail exceptionnel que nous avons connu ses derniers mois. D’après elle, nous sommes même très proches des 60% demandés, mais seulement sur certains mois bien particuliers de 23 jours ouvrés et si les salariés ne prennent pas de congé. En pratique, les 60% ne seront jamais atteints.

En résumé, la Direction a présenté au CSE une usine à gaz, qui ne correspond pas aux attentes exprimées par les salariés et va entrainer des difficultés de suivi pour les managers de proximité, voire des injustices entre les salariés qui pourraient être traités différemment selon la compréhension de la charte et la souplesse de leur manager.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter sur le site du CSE l’avis complet rédigé par le CSE fin Juillet  ! (NB : en attente de publication à la publication de cet article).

Sur l’évolution des outils IT Corporate

Les membres du CSE, comme beaucoup de salariés, ont eu des échos du projet d’évolution des outils IT Corporate (Chut, Trax, Saara, Saxo, Optima,…) dit projet Molière. Devant l’absence de communication sur ce sujet, nous avons donc demandé une présentation de ce projet en plénière.

Quelle n’a pas été notre surprise de voir que la réponse de la Direction à cette question tenait sur 2 slides ! Deux slides pour un projet de migration sur une période d’un an et demi d’outils structurants et touchant l’ensemble des salariés !

Au final, les informations présentées au CSE ne mènent pas très loin : les remplaçants de nos applications actuelles ne sont pas clairement identifiés sur le support, y compris pour l’outil Trax qui doit semble-t-il être décommissionné en Octobre de cette année. De là à supposer que la Direction n’en sait pas plus que nous, il n’y a qu’un pas.

Les applications concernées étant utilisées au quotidien par l’ensemble des salariés, l’impact du projet peut être énorme : difficultés de prise en main des outils, fonctionnalités manquantes, perte de l’historique des actions passées ou des litiges en cours.

Le passage au nouvel outil de gestion des sous-traitants Basware en début d’année en est un exemple inquiétant : la transition s’est faite dans la douleur pour les salariés qui ont du se débrouiller tout seuls, sans formation dédiée ni communication appropriée. Au final, les salariés et leurs fournisseurs ont payé le prix d’une mauvaise gestion du changement d’outil par la Direction.

En cette période de départs massifs, pas toujours remplacés, il n’est pas nécessaire d’imposer des difficultés supplémentaires et de faire perdre davantage de temps aux salariés.

Les élus du CSE ne laissent pas tomber et réaborderont le sujet à la prochaine plénière jusqu’à obtenir des réponses claires et des engagements forts de la Direction en terme d’accompagnement au changement des salariés.

Point sur les embauches

Le CSE a souhaité revenir également sur la situation de l’embauche au sein de Worldline. En effet, la Direction s’était congratulée d’avoir réalisé 400 embauches sur le premier semestre 2022, ce qui ne correspondait pas aux chiffres fournies chaque mois au CSE (335 signatures embauches entre Janvier et Juin).

Le mystère est résolu : la différence vient des délais de préavis des nouveaux arrivants et de l’embauche des stagiaires à la fin de leur stage. Les embauches sont comptabilisées alors que les contrats ne débutent réellement que quelques semaines, voire quelques mois plus tard.

La Direction s’est montrée très satisfaite de ses résultats : 74% de recrutements réalisés par rapport à la cible de 689 embauches en 2022.

Mais quand on regarde les chiffres des effectifs de Décembre 2021 et ceux de Juin 2022, le constat est moins positif : les effectifs sont globalement stables. Les recrutements ne font donc que remplacer les départs, avec toute la perte de connaissance et d’expérience que cela implique. Et cela ne couvre pas non plus toute les demandes de recrutements ouvertes dans les équipes, parfois depuis plusieurs mois.

Bref, il reste encore des efforts à faire pour attirer de nouveaux « talents » et surtout retenir les salariés actuels.

N’hésitez pas à nous contacter pour réagir ou nous poser des questions sur les sujets abordés.

Toute l’équipe CFTC

You may also read!

Olivier LECUIR,  candidat suppléant CSE et Représentant de Proximité à Vendôme

Qui es tu? Olivier, père de 3 enfants,j'ai fait des études d'économie sur Blois et Tours. Intéressé par l'informatique en parallèle,

Read More...

Grève : la direction sème le vent et “s’étonne” de la tempête

D’aucuns auront remarqué que le mécontentement des salariés devient de plus en plus manifeste dans notre entreprise. Certains des

Read More...

Un accord sur la fin de carrière

Un accord relatif à la gestion de la fin de carrière vient d'être signé. Nous vous proposons de le découvrir

Read More...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mobile Sliding Menu