La Direction Worldline en mode réac

In Actualités sociales On
- Updated

Bonjour à toutes et à tous !

Alors que plusieurs centaines de salariés ont participé aux premiers webinaires du CSE Worldline, la direction a fait savoir au secrétariat  qu’elle ne souhaitait pas que le CSE « renouvelle l’organisation de webinaire »[1].

Le refus de la Direction a été discuté lors de la réunion plénière du CSE qui s’est déroulée jeudi 18 février. Les élus ont insisté sur l’importance d’offrir la possibilité aux salariés d’échanger entre eux et avec leurs représentants alors que la crise sanitaire a des effets de plus en prégnants sur nous tous : elle nous isole ; pour beaucoup d’entre nous elle commence à nuire à notre santé physique et mentale ; nous sommes plus facilement irritables et impatients, etc.

Ces rencontres virtuelles offrent un moyen fragile de tisser un lien ténu entre nous tous, comme nous le faisons normalement autour d’un café. Ces webinaires sont un début de réponse à la nécessité de reconstruire une vie sociale, faite de bric et de broc « virtuels » dans un cadre « protégé » de la  hiérarchie et des liens de subordinations.

La Direction n’a pas jugé utile dans ce contexte extraordinaire d’apporter une réponse exceptionnelle. Elle a renvoyé le sujet à la négociation relative aux moyens de communication des représentants du personnel qui débutera le 21 mai 2021 ! La justification de sa réponse est tout bêtement légale : le CSE n’a pas le droit d’utiliser les outils de la Direction pour communiquer avec les salariés. Elle a précisé aux élus qu’il est strictement interdit d’utiliser les adresses collectives (mailing list) et les courriels professionnels des salariés pour les joindre. Les boites aux lettres doivent être utilisées uniquement pour communiquer avec des salariés dans le cadre d’un échange strictement individuel et ponctuel. La seule exception concerne les activités sociales et culturelles du CSE qui peuvent faire l’objet d’une communication globale.

Ambiguïté d’une Direction qui peut à la fois vanter régulièrement « l’agilité » des équipes et des salariés et dans le même temps être recroquevillée et figée sur des positions d’un autre âge pendant lequel la Covid-19 n’existait pas. Attendre la fin d’une négociation aux résultats incertains pour apporter une réponse à une problématique actuelle majeure n’est pas à la hauteur d’une entreprise qui se vante d’être une “great place to work”.

La réponse de la Direction est néanmoins intéressante et nous informe parfaitement sur son rapport à la démocratie sociale : « la Direction parle et les salariés écoutent ».  Nous ne sommes pas convaincus que cette recette autoritaire soit la bonne et qu’elle permette de relever les nombreux défis qui nous attendent.

Pour conclure sur une petite note d’optimisme, sachez que les élus du CSE sont en train de réfléchir à une manière d’organiser des webinaires sans utiliser les outils de la Direction. Le projet est en cours. Des infos très prochainement.

Bien à vous

Toute l’équipe CFTC

 

[1] Voir le courriel de la directrice des affaires sociales du 11 février 2021

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mobile Sliding Menu