Paroles d’un salarié démissionnaire [12]

In Paroles de salariés On
- Updated

Bonjour à tous,

Un nouveau témoignage d’une salariée ayant quitté Worldline après plusieurs année de services.

4 questions comme d’habitude pour 4 réponses.

Merci pour cet échange 🙂

Et très bonne lecture !

Quelles sont les raisons de ton départ ?

  1. Le sentiment de + en + de passage en modèle d’équipes intégrateurs/produit au sein de la société; qui ne me convient pas trop. Où être projet signifie de moins en moins être « Ingénieur étude & développement ».
    La perte du « Build & Run » au profit du « J’intègre » ou « Je Run » ou bien je « Build ».
  2. L’évolution du salaire, y compris les justifications qui vont avec (ta première année, tu changes de BU, radars, de « contexte facile » etc.)
  3. Le sentiment de perte un peu de l’ambiance familial dans la société que je sentais à mes débuts. L’impression d’être « un numéro dans la masse » plus les années passent.
  4. L’envie de voir autre chose aussi, tout simplement 

Qu’est-ce que tu as aimé chez Worldline ?

  1. Mes relations avec mes collègues, le réseau interne et l’esprit qui va avec (qui se ressent au travers du CSE par exemple)
  2. Avec la motivation, les possibilités de découvrir de nombreux postes & aspects techniques. Il n’est pas donné dans toutes les société d’être, sur quelques années, de faire des switch de postes entre du frontend, du backend, de la chefferie de projet, du lead technique; le tout ponctué de missions annexes. Rendu aussi possible par un management qui laissait cette opportunité bien évidemment (point critique à encourager et à encenser)
  3. Un point d’autant plus exacerbé quand on a l’opportunité de travailler sur des sujets d’envergure. Même si M. Tout Le Monde ne connait pas Worldline, de pouvoir dire « Tu vois ton application mobile là dans tes mains ? C’est mon équipe, c’est moi »

Qu’est-ce que tu n’as pas aimé chez Worldline ? 

  1. Sans hésiter, un soucis bien connu, qui sont tous les blocages sur certains aspects notamment, même si « pas que », niveau infrastructure & réseau. Il y a de gros SPOF organisationnels, humains & techniques qui, clairement, freinent ou empêchent de faire les choses bien / dans les temps / avec un stress & risques maitrisés ; des décorrélations complètes entre les objectifs de chaque strates.
  2. De nombreux aspects de ta vie d’employé qui dépendent de la « politique », et qui conditionnent les moyens à tous niveaux (humains, techniques, financiers). On a parfois ce vrai sentiment de «fourmi impuissante ». Que dire quand tout le monde est d’accord sur la nécessité de quelque chose mais, pour des raisons X ou Y politiques, « on ne peut pas / ne fera pas »

Si tu pouvais changer un truc chez Worldline, qu’est-ce que cela serait ?

Sans hésiter ; toute l’organisation autour des relations entre les projets et toute la partie infrastructure & réseau. Cette impression de deux camps qui s’affrontent. De pression, d’escalade, de stress, de SPOF, de « il faudrait », de « tout dans l’urgence », de « blocages », voir même de « je m’en foutisme » – en tout cas ressenti -. Et aussi clairement de gros retard par rapport au reste du monde

[Fin de l’entretien]

Merci beaucoup pour la qualité de ces réponses et très bonne continuation

Toute l’équipe CFTC

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mobile Sliding Menu