Lancement de la négociation relative à la prime d’intéressement chez Worldline

In Intéressement On
- Updated

Notre accord d’intéressement actuel arrive en fin de vie. Il sera une dernière fois aux commandes du calcul de notre enveloppe d’intéressement 2020 (calculée sur les résultats 2019) et puis tirera  sa révérence. Afin d’assurer notre avenir, la Direction vient d’ouvrir une négociation visant à définir les modalités du calcul de notre intéressement pour les 3 prochaines années.

La première réunion de négociation s’est déroulée mardi 10 mars.

Nous vous proposons de revenir sur cette réunion qui nous permettra de présenter les enjeux de cette négociation et nos objectifs.

Très bonne lecture !

Un meilleur partage de notre richesse

Cette réunion nous a permis d’échanger sur nos objectifs respectifs : qu’est-ce que l’on cherche à travers une prime d’intéressement ? Comment en faire un dispositif au cœur du partage de la richesse chez Worldline ? Quels montants pourrions-nous distribuer via la prime d’intéressement sans remettre en cause la capacité d’investissement de Worldline et la pérennité de nos activités ?

Ces premiers échanges nous ont permis d’entrevoir nos difficultés futures : les positions de la Direction et celles des organisations syndicales sont malheureusement souvent éloignées. La Direction semble très frileuse à l’idée de distribuer une enveloppe d’intéressement supérieure à ce qui a été fait ces dernières années.

Bien que le caractère imprévisible de la formule du calcul de notre enveloppe d’intéressement soit obligatoire (pour que l’accord soit valide légalement), la Direction affiche la volonté de contrôler au mieux ses paramètres et finalement la taille de l’enveloppe. Aucune volonté de faire vraiment mieux que les années passées ne transparaissait des dires de la Direction : une prime équivalente à un demi-mois de salaire, ça serait déjà pas mal ! Soit une enveloppe d’environ 4M€ alors que le taux de marge de Worldline France est bien supérieur à 10%.

Nous ne pouvons pas rentrer dans les détails des résultats de Worldline[1], mais nous avons tous suffisamment d’informations pour affirmer que le partage de notre richesse pourrait être assurément plus juste. Un seul exemple d’actualité : comment notre Direction pourrait-elle justifier qu’elle puisse fortement créer de la valeur pour nos actionnaires[2] via une OPA sur la société Ingenico mais rester sourde à la demande de « création de valeur » pour les salariés ? Le succès de cette OPA est aussi notre succès et celui de toutes nos équipes. D’un côté mettre 1,7 milliards d’euro sur la table pour contenter des actionnaires, de l’autre se limiter à une enveloppe de 4 millions pour récompenser nos réussites, est-ce que réellement la balance est bien équilibrée ?

Formule globale vs Formule locale

L’une des critiques de l’accord actuel porte sur l’indicateur principal de la formule qui est centré sur le taux de marge de Worldline France. En effet, comment réussir à mesurer finement la performance des salariés Français alors que nous sommes à présent pleinement intégrés dans une entreprise mondialisée ? Ne serait-il pas plus commode de tout simplement se baser sur les résultats du groupe Worldline et les indicateurs communiqués aux marchés financiers ?

Une formule s’appuyant sur les résultats du Groupe assurerait une complète transparence et limiterait les suspicions de petites combines, péréquations et écritures comptables opportunistes afin de limiter le gâteau à distribuer. C’est un avantage indéniable.

En revanche, les résultats du Groupe reflètent imparfaitement la « performance » des salariés de Worldline France, ce qui pourrait selon les situations devenir un problème. Lorsque le Groupe a des meilleurs résultats que la France, tout le monde serait content, mais dès lors que la situation s’inverserait, la grogne pourrait rapidement apparaître. Pour rappel, c’est la situation dans laquelle nous étions pendant plusieurs années avec notre accord de participation : nous étions les seuls à mettre au pot commun, lequel était ensuite partagé entre tous les salariés du groupe Atos.

La Direction n’est pas opposée à une bascule sur un indicateur global. Elle suggère néanmoins qu’il serait pertinent de réintroduire la performance « locale » des salariés français via un bonificateur ou une mécanique équivalente. A suivre …

Préparer l’intégration des salariés Ingenico

Pour rappel, l’accord d’intéressement Ingenico distribue une prime de plus de 10 000€ à chacun des salariés français. Nous pensions que la Direction serait soucieuse durant cette négociation d’anticiper les difficultés qui pourraient découler de l’intégration des salariés Ingenico. C’est ballot mais nous avions tort.

L’intégration opérationnelle des deux sociétés visera à garder le meilleur de Worldline et d’Ingenico, nous espérions que la Direction procède pareillement et avec le même soin lors de l’intégration sociale des deux sociétés, en faisant un premier pas vers l’harmonisation de leurs statuts. Malheureusement cela ne semble pas être le cas. C’est dommage car une véritable intégration opérationnelle des salariés d’Ingenico s’appuie aussi sur le respect et la compréhension des dimensions « culturelles » et « sociales » de leurs entreprises.

Notre prochaine réunion se déroulera le jeudi 26 mars, nous devrions rentrer plus en détail dans le cœur de la formule. Nous ne manquerons pas de revenir vers vous pour vous expliquer tout ça.

L’équipe CFTC

Ps : Pour rappel, une présentation détaillée de l’accord actuel est consultable en ligne.


[1] Ils sont confidentiels au niveau de la géographie France.

[2] « Cette opération sera très fortement créatrice de valeur pour les actionnaires » de Worldline a déclaré à des journalistes le directeur général de Worldline, Gilles Grapinet

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mobile Sliding Menu