Améliorer le télétravail chez Worldline (1)

In Télétravail

La négociation relative au dispositif du télétravail chez Worldline débutera mardi 26 novembre.

A travers un sondage transmis il y a quelques semaines aux salariés de Worldline, de nombreux échanges avec des télétravailleurs, une lecture attentive des analyses de la DARES sur le télétravail et évidement notre volonté d’améliorer les choses, nous avons tenté de construire un cadre revendicatif solide rassemblant l’ensemble de ces éléments.

Nous vous proposons aujourd’hui une rapide synthèse d’une enquête nationale réalisée par la DARES visant à répondre à la question suivante : Le télétravail permet‑il d’améliorer les conditions de travail des cadres ? Cette analyse offre une vision globale du télétravail aujourd’hui en France et devait nous permettre d’éviter quelques pièges et erreurs lors de cette négociation.

N’hésitez pas à nous contacter et à échanger avec nous afin d’affiner nos revendications.

Très bonne lecture !

Le télétravail permet‑il d’améliorer les conditions de travail des cadres ?

Une durée du travail supérieure

Les cadres pratiquant le télétravail deux jours ou plus par semaine (qualifiés ici de « télétravailleurs intensifs ») travaillent en moyenne 43,0 heures par semaine, contre 42,4 heures pour les non-télétravailleurs.

Il y a donc une tendance chez les télétravailleurs, toutes choses égales par ailleurs, à travailler un peu plus que leurs collègues non télétravailleur.

Des horaires plus atypiques

Ce tableau est très instructif. Il révèle une tendance chez les télétravailleurs à organiser leur travail à l’intérieur d’un horaire plus atypique que leurs collègues non télétravailleur. Ils ont en effet deux fois plus de chance de travailler plus de 50h par semaine, profitent plus régulièrement de leurs  weekends pour travailler et ont une chance deux fois supérieure à celle de leurs collègues non télétravailleur de travailler après 20H.

Remarquons avec intérêt que la négociation d’un accord collectif a tendance à améliorer les choses.  C’est plutôt encourageant 🙂

Néanmoins ce penchant des télétravailleurs pour des horaires atypiques introduit de nombreux risques qu’il faudra nécessairement adresser lors de la négociation. Autant une souplesse dans ses horaires est appréciable pour chacun, autant la porosité des temps personnels et professionnels risque de nuire à la santé des salariés si elle n’est pas contrôlée correctement.

De la même manière, cette « invisibilisation » de la frontière physique entre les univers professionnelle et personnelle pourrait nuire à la qualité de la vie personnelle des salariés. Aux dires des intéressés, leurs proches se plaignant autant de leur manque de disponibilité, le télétravail n’est pas obligatoirement la solution miracle pour réconcilier le perso et le boulot.

Un équilibre devra être trouvé afin de concilier ces différentes dimensions.

Une forte réduction des possibilités de coopération malgré une bonne insertion au sein du collectif de travail

« Du fait de l’éloignement physique, le télétravail comporte un risque d’isolement du salarié vis‑à‑vis du collectif de travail. Les cadres en télétravail font part d’un sentiment de distance non seulement vis‑à‑vis de leur hiérarchie mais également de leurs collègues ou collaborateurs. À caractéristiques socio‑économiques données, les cadres télétravailleurs intensifs sont moins souvent aidés que leurs homologues par leur hiérarchie et par leurs collègues pour mener à bien leurs tâches

[…] 

Si l’isolement des cadres en télétravail intensif semble affecter la coopération dans le travail, il ne paraît pas avoir d’effet sur le sentiment de reconnaissance des supérieurs et des collègues ni sur les perspectives de promotion. De même, la convivialité des relations avec les collègues de travail ne semble pas affectée : télétravailleurs ou non, tous les cadres déclarent avec la même fréquence que leurs collègues sont amicaux, qu‘ils leur manifestent de l’intérêt et qu’ils les soutiennent dans les situations difficiles[1] ».

Ces résultats sont rassurants. Néanmoins gardons-nous de crier victoire trop hâtivement et ayons bien en tête que le télétravail favorise une distance entre le télétravailleur, ses collèges et son management. Rien ne nous permet en effet de conclure que le télétravail n’aggraverait pas la situation d’un salarié en souffrance.

Des télétravailleurs réguliers en moins bonne santé

L’étude ne permet pas de conclure à un lien entre télétravail et mauvaise santé. En effet, nous pouvons très bien imaginer que le télétravail soit une solution pour des salariés en mauvaise santé, etc. L’enquête de la DARES souligne simplement que les télétravailleurs sont en moins bonne santé que ceux privilégiant un travail au sein de leur entreprise. Aucune  relation  de  cause  à  effet  ne  peut  donc  être établie entre les deux avec ces donnée. L’information nous semble néanmoins importante :

Nous veillerons à bien avoir en tête ces informations afin de penser un dispositif assurant la santé de tous et prévenant les accidents.

Les télétravailleurs ni plus ni moins satisfaits de leur travail que les autres cadres

« En définitive, les télétravailleurs ne sont pas plus nombreux à se déclarer satisfaits de leur travail par rapport à leurs collègues non télétravailleurs […] tout se passe comme si les avantages du télétravail étaient contrebalancés par une moins bonne santé et de moins bonnes conditions de travail (allongement et désynchronisation des périodes de travail, isolement du collectif de travail sans une réduction des sollicitations et de l’intensité du travail demandé), ces facteurs d’insatisfaction pouvant en partie préexister à la mise en place du télétravail. »

La conclusion de la DARES nous permet de bousculer une représentation naïve et enchantée du télétravail, indispensable pour mener à bien cette négociation. Merci !

Nous vous présenterons prochainement nos pistes revendicatives.

Bien à vous


[1] Amira S., « La prévention des risques professionnels. Les mesures mises en oeuvre par les employeurs publics et privés », Dares Analyses n° 013, 2016.

You may also read!

Synthèse du CE de novembre 2019

Bonjour à tous, La dernière réunion du Comité d’Entreprise Worldline s’est déroulée à Bezons vendredi dernier, le 22 novembre 2019. Nous vous

Read More...

Travail, salaire, profit – Salaire

Bonjour à tous, « Gérard Mordillat et Bertrand Rothé interrogent des chercheurs internationaux sur les concepts fondamentaux de l’économie. Une plongée

Read More...

Merci !

Tous collèges confondus, notre représentativité est de 30.92% ! La CFTC récolte 33% des suffrages chez

Read More...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mobile Sliding Menu