Des précisions sur la séparation Atos / Worldline

In Rémunération, finance et économie On
- Updated

Bonjour à tous,

Suite à une première discussion entre élu-e-s et Direction lors de l’annonce du projet le 30 janvier, le comité d’entreprise s’est réuni extraordinairement vendredi 8 février. Cette réunion nous a permis de comprendre plus en détail le projet et les conséquences de la distribution de 23% du capital de Worldline aux actionnaires Atos.

Nous vous proposons une synthèse de ces échanges.

Très bonne lecture !

Le futur conseil d’administration de Worldline

Le Groupe Atos détient aujourd’hui 51% du capital du Groupe Worldline. Demain, si cette opération se déroule jusqu’à son terme, il n’en possédera plus que 28%. Soit un petit point de plus que l’actionnaire suivant, SIX qui en détient 27%.

La redistribution du capital de Worldline entre Atos, SIX et l’actionnariat flottant viendra redistribuer les cartes autour de la table des administrateurs :

  • Atos passera de 5 à 3 administrateurs
  • SIX conservera 2 administrateurs
  • Les administrateurs indépendants passeront de 3 à 5

La détention des actions Worldline depuis plus de 2 années donne aux porteurs un droit de vote plus important. C’est le cas d’Atos qui avec 28% du capital de la société pèse néanmoins à hauteur de 35% dans le conseil d’administration.

Plus aucune influence dominante au sein de Worldline

Cette opération entrainerait la perte de la présomption d’influence dominante d’Atos au sein de Worldline. C’est-à-dire :

  • Le Groupe Atos détiendrait alors moins de 50% du capital de la société
  • Il n’aurait plus la possibilité de choisir 50% des administrateurs
  • Il perdrait la majorité des droits de vote

Quelles conséquences cela pourrait avoir sur la gouvernance de notre entreprise ?

Notre première crainte s’articulait autour de la montée en puissance relative de SIX au sein du conseil d’administration. Demain avec deux administrateurs, SIX offre la possibilité à Atos de codiriger le Groupe Worldline : Ensemble ils détiendront plus de 50% des droits de vote. Ce poids supplémentaire de SIX dans la gouvernance de Worldline pourrait nous faire craindre un recentrage des Activités du Groupe vers des activités bancaires et de paiement. Ce qui serait problématique pour les activités MTS et certains contrats MS.

La Direction a voulu être très rassurante sur ce point lors de cette réunion. Cette opération de distribution de dividendes aux actionnaires Atos n’a jamais été discutée avec SIX. Ce dernier est présent dans le « board », s’assure que tout se passe bien, mais n’a aucune intention de prendre les rênes du Groupe.

Mais quelle pourrait être la volonté des administrateurs indépendants représentants l’actionnariat flottant ? Une reconfiguration de l’actionnariat du Groupe Worldline pourrait-elle avoir aucune conséquence sur la gouvernance de Worldline ? Pour l’instant, il semblerait que oui, nous creuserons néanmoins encore ce point lors de la prochaine réunion du Comité d’Entreprise.

Sur le devenir de MTS

Là aussi, la Direction a voulu être très rassurante : la place des activités MTS est au cœur de Worldline. C’est grosso modo le message de notre Direction réaffirmant devant les élu-e-s que les écarts importants de profitabilité entre les activités MTS et FPL/Equens Worldline n’étaient en rien un problème.

Deux raisons ont été invoquées pour appuyer leurs dires :

  • Les activités MTS ne sont pas suffisamment importantes pour peser significativement sur la profitabilité globale du Groupe Worldline. Le Groupe a la volonté d’améliorer la rentabilité des activités MTS mais est bien conscient qu’il ne sera jamais possible de s’aligner sur les taux de marge du paiement. Ce message a été partagé avec les investisseurs lors de « l’investor day », tout est clair et tout le monde est d’accord pour l’instant. C’est donc d’abord une question de taille qui protège MTS. 
  • La Direction a ensuite rappelé l’importance des synergies entre nos différentes activités : nos activités de paiement assurent certaines de nos victoires chez MTS et inversement. L’entremêlement de nos activités participe à l’atteinte de nos objectifs en facilitant la prise de contrat et la progression de nos volumes.

La Direction précise qu’il faudrait au contraire voir cette « déconsolidation » du Groupe Atos comme un atout pour le maintien des activités MTS au sein de Worldline.

Sur les dividendes

La Direction d’Atos souhaite distribuer des dividendes en action Worldline à ses actionnaires pour environ 23,4% du capital de Worldline.

La valorisation actuelle de Worldline est de 8 500M€. En distribuant 23.4% du capital de Worldline, Atos se sépare de 2 milliards d’euros. Pour 5 actions Atos détenues, l’actionnaire percevra 2 actions Worldline.

La Direction nous reprochait de présenter cette distribution de dividende comme un cadeau aux actionnaires. En réalité, elle précise que ce n’est pas tout à fait le cas car il s’agit en réalité d’une bascule : la sortie de 23% du capital de Worldline entrainera une diminution de l’action Atos équivalente. Autrement dit ce que je gagne coté Worldline, je le perds coté Atos.

 Plusieurs commentaires :

D’abord, il très rare que les gains soient compensés entièrement par les pertes. Le jour de la distribution des actions Worldline, l’action Atos va évidemment baisser mais de nombreux exemples[1] montrent que cette chute correspond rarement entièrement aux sommes distribuées en dividendes. Dès la clôture, les actionnaires Atos devraient être bénéficiaires.

Ensuite, il est important de remarquer l’effet très positif de l’annonce de la « séparation » sur la valorisation des sociétés Atos et Worldline. Dès le 30 janvier, l’action Atos  enregistrait une hausse de 10% de sa valeur. L’action Worldline suivait la même tendance.

Qu’est-ce que cela signifie ? Tout simplement qu’il réside au cœur de cette séparation plusieurs intérêts stratégiques pour les deux sociétés. L’autonomie des deux groupes leur offrira la possibilité d’être plus flexibles et plus réactifs. Deux conditions indispensables pour avoir les moyens de capter les opportunités de croissances et réussir à atteindre nos objectifs respectifs.

Plus précisément, la séparation mettra un terme au « marchandage » de la dette entre les deux Groupes : demain Atos et Worldline pourront faire leurs emplettes de croissance externe sans être gêné par leur cousin. Chacun gérera sa propre dette en fonction de sa propre stratégie[2].

D’autre part, il semblerait que la taille du groupe Worldline soit aujourd’hui trop importante pour être consolidée à l’intérieur du Groupe Atos. Worldline vient obscurcir les résultats d’Atos et gêne l’appréciation de sa valeur et de ses résultats. Rendre son autonomie à Worldline, c’est donc permettre aux investisseurs d’Atos et de Worldline d’être plus assurés dans  la pertinence de leurs investissements.

Ces évolutions devraient attirer de nouveaux investisseurs et doper la valorisation des deux Groupes. Et finalement enrichir les actionnaires. Nous ne manquerons pas de suivre l’évolution du cours des actions Atos et Worldline.

Qu’en est-il des actionnaires salariés détenant des actions Atos ?

La question n’a pas pour l’instant trouvé une réponse définitive : La Direction semble faire une différence entre les actions Atos détenues à l’intérieur d’un Fond Commun de Placement d’Entreprise (FCPE) et des actions « libres ». Les premières ne donneraient apparemment pas droit à la distribution de dividende. Les deuxièmes oui. Reste à savoir à présent si les actions prises dans le cadre des plans Boost et Share sont éligibles à la distribution de dividende.

Nous suivons tout ça de près et revenons vers vous dès que possible.

Sur les conséquences pratiques

Quid du devenir de Chess ? Des outils que nous partageons avec Atos ? Des communautés d’expert mixtes Atos et Worldline ? Des certaines de nos certifications « Atos » ? Des locaux ? Notre stratégie offshore ? Etc.

La Direction précise qu’elle souhaite travailler dans la continuité de ce qui a été mis en place depuis plusieurs années. Il n’y aura donc pas de changement de grande ampleur. Elle souhaite maintenir une collaboration forte entre Atos et Worldline des lors que cela est possible. Pour les situations problématiques, nous tenterons d’apporter une solution pragmatique cohérente avec la direction que nous nous sommes fixés depuis plusieurs années.  Nous tenterons au maximum d’éviter un rupture avec l’existant. La Direction n’a pour l’instant pas identifié de situation réellement problématique.

La Direction précise également que nous sommes aujourd’hui un groupe mondial. La mise en place d’outils communs au sein de Worldline est obligatoire.

Histoire à suivre.

Sur les conséquences sociales

Plusieurs accords négociés au niveau du Groupe Atos deviendront obsolètes le jour du transfert du capital.

Un groupe spécial de négociation se mettra en place très prochainement afin d’organiser le basculement d’accords Atos vers des accords 100% Worldline.

Sur la table de négociation :

  • Notre mutuelle et notre prévoyance
  • Notre accord télétravail
  • Notre accord sur les risques psychosociaux
  • Notre accord sur le droit syndical
  • Notre accord sur le handicap
  • La mise en place d’un Comité d’Entreprise Européen
  • La désignation d’administrateurs salariés au sein du conseil d’administration Worldline

La Direction ne souhaite pas remettre en cause « l’’esprit » de ces différents accords. Elle devrait proposer à la signature des organisations syndicales des accords conformes aux accords actuels.

On reparle de tout ça très prochainement.

Lancement d’une expertise

Le Comité d’Entreprise a la possibilité de faire appel à un cabinet d’expertise afin de l’assister dans sa compréhension d’un dossier complexe. C’est ce qu’il vient de faire en sollicitant le cabinet Syndex qui devrait commencer un travail d’analyse du projet de la Direction Atos très prochainement.

Cette expertise permettra au Comité d’Entreprise de rendre un avis éclairé.


[1] Voir l’article suivant : http://www.captaineconomics.fr/-dividende-fractionnement-effet-cours-action-bourse

[2] Pour des informations complémentaires sur ce sujet, voir l’article suivant : http://bit.ly/2QVLfwz

You may also read!

Synthèse du Comité d’Entreprise Worldline mai 2019

La dernière réunion ordinaire du Comité d’Entreprise s’est déroulée vendredi 17 mai 2019 à Bezons. Nous vous proposons une synthèse critique

Read More...

No deal pour le CSE chez Worldline !

Bonjour à tous, La dernière réunion de négociation relative à la mise en place d’un Comité Social et Economique (CSE)

Read More...

Retour sur la 3ième réunion de négociation NAO

Bonjour à tous, La Négociation Annuelle Obligatoire (NAO) chez Worldline a commencé il y a quelques semaines. Moment privilégié du

Read More...

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mobile Sliding Menu